recruter-premier-salarie
Recruter un 1er salarié en TPE-PME : et si l’intérim et l’alternance étaient des opportunités ?

Le recrutement d’un premier salarié est une étape importante dans la vie d’une petite entreprise : nouveaux enjeux, nouvelles charges, nouvelles responsabilités… Prêt à vous lancer ? Et pourquoi ne pas envisager une embauche en alternance ou en intérim, pour sécuriser votre projet ?

Apprentissage ou professionnalisation : les contrats en alternance à mobiliser, en cas de difficulté de recrutement d’un 1er salarié

Selon les chiffres officiels, 54 % des entreprises signataires de contrats d’apprentissage sont des entreprises de moins de 10 salariés (1), et 34,7 % ont moins de 5 salariés. Constat identique du côté de la 2de catégorie des contrats en alternance, les contrats de professionnalisation : les TPE-PME de moins de 10 salariés signent plus de 33 % de ces contrats (23,5 % pour celles comptant moins de 5 collaborateurs) (2).

Manifestement, l’alternance exerce un véritable attrait auprès des petites et moyennes entreprises, et notamment celles réalisant leur première embauche ! Mais pourquoi ?

Premièrement, car les dispositifs d’alternance représentent l’opportunité de former sur mesure ses collaborateurs, et donc de contourner les difficultés de recrutement de salariés qualifiés. D’une durée 6 à 48 mois en fonction des profils et des contrats, l’alternance permet au salarié de continuer sa formation et ainsi d’intégrer progressivement les méthodes et savoir-faire de son entreprise. À la clé : un salarié aux compétences complètement adaptées aux besoins de l’entreprise.

>> À lire aussi : Recruter en alternance : quel contrat choisir

Envisagée comme alternative à un recrutement traditionnel, l’alternance permet aussi de minorer les coûts liés à l’emploi d’un premier collaborateur:

  • Une rémunération accessible : de 27 à 100 % du SMIC concernant le contrat d’apprentissage, et de 55 à 100 % pour le contrat de professionnalisation, en fonction de l’âge et du niveau de formation et de l’alternant ;
  • La réduction générale renforcée des cotisations patronales sur les rémunérations n’excédant pas 1,6 SMIC (sous conditions) (3) ;
  • Pour un contrat d’apprentissage (signé par une entreprise de moins de 250 salariés, et visant un diplôme ou un titre à finalité professionnelle équivalent au plus au baccalauréat) : l’aide unique à l’apprentissage d’un montant maximum annuel de 4125 € pour la 1re année (puis 2 000 € la 2de année, et 1 200 € les 3e et 4e années) ;
  • Pour un contrat de professionnalisation : l’aide forfaitaire à l’employeur (AFE) de 2 000 € pour un temps plein lorsque l’alternant a plus de 45 ans, ou l’aide forfaitaire à l’embauche de Pôle Emploi de 2000 € également, s’il s’agit d’un demandeur d’emploi de plus de 25 ans.

Découvrez les dernières tendances RH avec la newsletter Adecco.

L’intérim : une solution d’embauche sécurisée pour les TPE-PME

Bien que son recours soit réservé à certaines situations, le travail temporaire constitue lui aussi une modalité pertinente pour optimiser un premier recrutement. Parmi ses nombreux avantages :

  • L’accès à un large vivier de candidats : en s’adressant à des agences d’emploi, les TPE-PME profitent aussi de leurs nombreux candidats, difficilement captables sur le marché classique de l’offre d’emploi ;
  • Un moindre risque d’erreur de casting : les collaborateurs intérimaires sont sélectionnés de façon rigoureuse par leur agence d’emploi, pour faire correspondre étroitement leurs compétences aux besoins des entreprises ;
  • Une période confortable de pré-recrutement : pouvant s’étendre jusqu’à 18 mois sous certaines conditions, voire 36 mois si le collaborateur travaille sous CDI intérimaire. Une mission d’intérim est aussi l’occasion d’évaluer à moyen terme, et de former, un collaborateur dans la perspective d’une embauche directe ;
  • Un recrutement plus rapide et plus sûr : hautement réactives, les agences d’intérim gèrent la partie administrative, mais également la partie juridique de votre recrutement.

Le saviez-vous ? Conjuguer alternance et intérim, c’est possible ! Adecco, via sa Grande École de l’Alternance vous propose d’expérimenter le dispositif de l’alternance intérimaire. Vous bénéficiez d’un contrat clé en main (formation, gestion, financement) ainsi que de l’accompagnement personnalisé de votre apprenti et de votre entreprise par un expert.

>> À voir également :Contrat d’intérim : mieux le connaître pour mieux recruter

L’intérim comme solution de pré-embauche, ça marche ! Contactez votre agence Adecco: spécialisée en TPE-PME, elle met toutes les chances de votre côté pour réussir votre premier recrutement.

(1) DARES, L’apprentissage en 2017, 2018.

(2) DARES, Le contrat de professionnalisation en 2016, 2017.

(3) Depuis le 1er janvier 2019, la rémunération des apprentis est désormais exonérée des cotisations salariales pour la part de la rémunération inférieure ou égale à 79% du SMIC. La rémunération de l’apprenti reste exonérée de CSG/CRDS. De plus, les cotisations sont calculées sur la rémunération réelle et non plus sur une assiette forfaitaire (LFSS pour 2019).

Intérim : zoom sur la rémunération et les avantages sociaux

Pour recruter un intérimaire, vous savez déjà tout sur les situations dans lesquelles vous pouvez y avoir recours et vous êtes au point sur sa mise en place. Mais savez-vous comment est rémunéré votre intérimaire et quels sont les autres avantages auxquels il a droit ? Retrouvez-ici les principaux points à retenir !

BD : Recrutement, décoder les soft skills, oui, mais comment ?

L’anglicisme « soft skills », de plus en plus répandu dans le vocabulaire RH, signifie littéralement « compétences douces ». C’est-à-dire ? Tout simplement les savoir-être, les aptitudes et les qualités humaines qui font d’un candidat qualifié un talent accompli et un collaborateur apprécié ! Dans ce 2nd épisode de notre série BD, découvrez avec Chloé, chargée de recrutement, comment les évaluer judicieusement.

Prévenir et surmonter les difficultés : quels organismes les TPE-PME peuvent-elles solliciter ?

Difficultés de trésorerie, marge insuffisante, problématiques de gestion du personnel, baisse d’activité… Autant de signaux d’alerte que les TPE-PME ne doivent pas négliger, mais analyser de façon très réactive pour pouvoir rebondir. Cependant, cette nécessité se heurte souvent au manque de temps, de recul, mais aussi à l’isolement de certains chefs d’entreprise. C’est justement pour les soutenir que plusieurs acteurs phares de l’activité économique mettent à leur disposition une palette d’actions et d’interventions afin de les aider à dépasser les moments critiques de leur vie d’entrepreneur.

Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image