Prolonger la mission d’un intérimaire : à quelles conditions ?

Imprévu organisationnel, pic d’activité, changement d’échelle précipité…C’est souvent dans ces moments contingents, qui réclament souplesse et adaptabilité, que les entreprises ont recours au travail temporaire. Et parfois plus longtemps qu’elles ne l’avaient envisagé au moment de signer le contrat de mission ! Heureusement, la durée d’une mission intérimaire, quoique bien encadrée, offre de la flexibilité.

Durée d’une mission d’intérim : quelle souplesse si vous avez besoin de la prolonger

Par définition, le travail temporaire ne peut permettre de pourvoir durablement un emploi lié à l’activité normale et permanente de l’entreprise. Des règles précises existent donc afin d’encadrer ces pratiques.

La durée de chaque mission doit être stipulée dans le contrat de mise à disposition. Pour autant, il reste possible d’aménager le terme de la mission : le Code du travail prévoit, en effet, qu’il peut être reporté (ou avancé) à raison de 1 jour supplémentaire pour 5 jours de travail (ou de 2 jours pour les missions de moins de 10 jours de travail). Ce report fait l’objet d’un avenant contractuel.

Si cette possibilité de prolongation n’est pas suffisante, une autre possibilité vous est offerte : le renouvellement du contrat de mission, à 2 reprises au maximum (sauf si un accord de branche étendu prévoit des dispositions différentes en la matière).

Tout connaître du contrat intérimaire en 140 questions-réponses claires ? C’est justement ce que nous vous proposons dans un de nos derniers livres blancs !

Les limites à la prolongation ou au renouvellement de la mission intérimaire

La règle reste la même en matière de prolongation et/ou de renouvellement : ces dernières ne peuvent pas conduire au dépassement de la durée maximale autorisée d’une mission, soit 18 mois, sauf cas particulier :

  • si le travailleur temporaire est en CDI intérimaire ou en contrat d’apprentissage : durée maximum de 36 mois,
  • si la mission vise à compléter l’effectif de l’entreprise dans l’attente de prise de poste d’un salarié en CDI (ou si elle a pour objet de réaliser des travaux urgents de mise en sécurité) : durée maximale de 9 mois

En cas de besoins supplémentaires, vous avez alors deux solutions:

> soit embaucher directement le travailleur intérimaire qui vous a donné satisfaction…
> soit recourir à un nouveau collaborateur temporaire, mais en respectant le délai de carence imposé par la loi entre 2 contrats courts (le tiers de la durée du précédent contrat pour les contrats de 14 jours et plus ; la moitié pour les contrats de moins de 14 jours).

> Bon à savoir : durée maximale du contrat, nombre de renouvellements et délai de carence font partie des modalités que les branches professionnelles peuvent adapter  depuis 2018, par accord étendu, aux réalité de leur activité. Le point sur la réforme du Code du travail.

Besoin d’agilité pour plus de productivité ? Les experts Adecco vous accompagnent pour évaluer au mieux vos besoins d’intérim, simplifier votre gestion de ressources humaines… et vous tenir informé(e) des principales actualités RH dans la newsletter Adecco, à retrouver 2 fois par mois sur votre boîte mail !

CDI Intérimaire, mode d’emploi

« CDII » : ce nouvel acronyme vous est désormais familier, et pour cause. Ce contrat d’un nouveau type, initialement expérimental, existe maintenant depuis 6 ans et a été inscrit dans le Code du Travail en 2018. Pour autant, connaissez-vous vraiment ses spécificités par rapport à l’intérim classique ? Et les avantages qu’il procure aux entreprises qui l’adoptent ? Éléments de réponse !

3 minutes pour vous tester sur la réforme de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés

Depuis le 1er janvier 2020, les mesures engagées par la loi Avenir professionnel (dite « loi Pénicaud ») renforcent votre obligation d’emploi de travailleurs handicapés. Son objectif : faciliter et promouvoir l’emploi direct des personnes en situation de handicap (CDD, CDI, alternance, intérim, stage). En RH averti·e, êtes-vous fin prêt·e pour répondre à ces nouveaux enjeux ? Et si vous testiez vos connaissances sur cette réforme ?

Assurance chômage : bonus-malus contrats courts, comment adapter votre stratégie RH ?

Les taux de bonus-malus seront certes appliqués en 2021 aux employeurs des secteurs concernés… Mais c’est dès maintenant que leur taux de séparation est pris en compte, pour servir de base au calcul des éventuelles majorations de contribution l’an prochain ! En effet, depuis le 1er janvier 2020, de nombreux motifs de ruptures de contrat de travail pèsent dans la balance des pénalités. Du CDI au CDD, en passant par le contrat d’intérim et l’alternance, décryptage de cette nouvelle réalité.

Category

Réglementation
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image