Les atouts du CDI intérimaire : bilan

Comme beaucoup d’employeurs, vous avez déjà entendu parler du CDI intérimaire, mais vous le considérez encore comme un OVNI du droit social ? Il est temps de vous pencher sur les pratiques des entreprises qui l’ont expérimenté… et adopté ! Zoom sur un contrat de travail du 3ème type, qui est d’ores et déjà sur orbite.

L’intérim à durée indéterminée, enfin institutionnalisé

Après 5 ans d’expérimentation, le CDII (ou Contrat à Durée Indéterminée Intérimaire, de son vrai nom) a définitivement intégré le Code du travail en septembre 2018 grâce à la loi Avenir. Et ceci sans revenir sur ses principales caractéristiques :

  • Ce contrat permet aux agences d’emploi d’embaucher des salariés en CDI, qui sont ensuite mis à disposition d’entreprises utilisatrices. Les salariés bénéficient d’un salaire minimum mensuel.

  • La durée des missions peut s’étendre jusqu’à 36 mois auprès de la même entreprise (contre 18 mois en contrat temporaire classique).

Chaque salarié en CDII dispose d’un périmètre de mobilité personnalisé, précisé dans son contrat : jusqu’à 3 métiers différents, qui garantissent ainsi sa polyvalence et son adaptabilité.

Modèle de « flexicurité », le CDII a attiré près de 50 000 candidats à l’emploi depuis 2014 (1), dont 31 000 sont encore aujourd’hui en contrat (2). Dans le top 10 des principaux métiers exercés par les salariés en CDII (1) figurent les :

  • Agents de fabrication polyvalents ;
  • Caristes ;
  • Ouvriers non qualifiés industriels ;
  • Ouvriers qualifiés de la manutention et conducteurs de chariots élévateurs ;
  • Ouvriers non qualifiés du tri, de l’emballage et de l’expédition ;
  • Préparateurs de commandes ;
  • Manutentionnaires ;
  • Manœuvres ;
  • Ouvriers non qualifiés du second œuvre du BTP ;
  • Ouvriers et agents qualifiés de laboratoire.

> Quels sont les secteurs concernés par le CDI intérimaire ?

Une solution qui promet qualité, continuité… et plus si affinité

Confidentiel à ses débuts, ce dispositif a progressivement acquis une notoriété auprès des entreprises, qui sont aujourd’hui à l’initiative directe de 25 % des signatures de CDII (1)! Le travail d’information mené depuis plusieurs années par les agences d’emploi a porté ses fruits : les employeurs ont pu, progressivement, comprendre et évaluer les avantages procurés par ce nouveau dispositif. Quels sont-ils ?

  • Premièrement, la fiabilité du sourcing des collaborateurs intérimaires, dans un contexte de recrutement tendu. Fruit d’un process rigoureux de sélection, le CDII signé constitue en soi un gage de sérieux et de savoir-faire des candidats embauchés. D’autant plus que le dispositif leur permet d’accéder à un volet formation souvent conséquent, qui garantit leur niveau de compétences, l’approfondissement ou l’élargissement de leurs qualifications.

  • Deuxièmement, la stabilité des collaborateurs mis à disposition qui profite de la souplesse du dispositif. Non seulement leur mission peut s’étendre jusqu’à 36 mois, mais aucun délai de carence n’est imposé entre deux contrats avec la même entreprise (délai en vigueur dans le cadre du contrat de travail temporaire). Les observations confirment d’ailleurs la tendance des entreprises à mobiliser leur main-d’œuvre en CDII sur des missions longues et continues. 73 % des salariés concernés déclarent ne travailler que pour une seule entreprise depuis la signature de leur contrat,, et cet indicateur augmente avec la qualification des collaborateurs (83 % pour les agents de maîtrise, et 78 % pour les personnes de niveaux 1 et 2).

  • Troisièmement, l’opportunité de capter des profils de candidats pénuriques, peu représentés jusqu’alors dans les agences d’emploi, mais attirés depuis par la stabilité garantie du CDII.

> Le CDI Intérimaire, une relation de confiance assurée

Le CDII, une pépinière de talents ?

Autre atout considérable du CDI intérimaire : offrir une période de collaboration préliminaire, sans engagement immédiat de l’entreprise, avant d’envisager et de préparer un recrutement définitif. En attestent d’ailleurs les données recueillies en la matière : 56 % des salariés ayant rompu leur CDII ont été embauchés en CDI par leur entreprise utilisatrice (et 4 % en CDD) (1).

Ce nouveau cadre contractuel offre en effet la temporalité et la régularité nécessaires pour évaluer la montée en compétences des collaborateurs , mais aussi pour conserver et fidéliser les talents repérés dans l’attente de pouvoir les recruter. Une opportunité qui fait rimer intérim et durabilité!

Recrutement rigoureux et formation attentive : les compétences et l’employabilité des collaborateurs Adecco en CDII sont assurées ! Tenté ? Nous vous accompagnons pour analyser comment optimiser votre recours au travail temporaire, et identifier comment le CDII peut satisfaire une partie de vos besoins réguliers .

(1) Etude nationale sur le CDI Intérimaire, Amnyos et Observatoire de l’intérim et du recrutement, février 2018
(2) Emplois intérimaires, données DARES novembre 2018

Les éléments à connaître sur la durée d’un contrat d’intérim

Recruter en intérim oui, mais comment ? Le travail temporaire permet une certaine flexibilité, notamment parce que la durée du contrat est modulable, mais qu’en est-il de la période d’essai ou du renouvellement ? Toutes les réponses ici.

Prévenir et surmonter les difficultés : quels organismes les TPE-PME peuvent-elles solliciter ?

Difficultés de trésorerie, marge insuffisante, problématiques de gestion du personnel, baisse d’activité… Autant de signaux d’alerte que les TPE-PME ne doivent pas négliger, mais analyser de façon très réactive pour pouvoir rebondir. Cependant, cette nécessité se heurte souvent au manque de temps, de recul, mais aussi à l’isolement de certains chefs d’entreprise. C’est justement pour les soutenir que plusieurs acteurs phares de l’activité économique mettent à leur disposition une palette d’actions et d’interventions afin de les aider à dépasser les moments critiques de leur vie d’entrepreneur.

Le recrutement boomerang : une formule gagnant-gagnant

Connaissez-vous le point commun entre l’ancien patron d’Apple Steve Jobs, le footballeur de Manchester United Paul Pogba, le fondateur et PDG de Twitter Jack Dorsey et l’actionnaire principal de Starbucks, Howard Schultz ? Ils ont tous quitté leur entreprise pour mieux y revenir quelques années plus tard. On parle alors de « salariés boomerang », ou de « recrutement boomerang ». Un phénomène qui se développe depuis quelques années, autant dans les grandes entreprises que les TPE et PME, et qui peut s’avérer gagnant pour toutes les parties.

Décryptages
ADD_COMMENT
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image