Reprise post-Covid : les nouvelles aides à l’embauche de jeunes salariés

Le dernier trimestre 2020 est lourd d’enjeux, au niveau de chaque entreprise comme au niveau général du marché économique. Afin d’amorcer la reprise avec confiance et dynamisme, l’État a mis en place de nombreuses mesures, dont certaines sont ciblées sur l’emploi des jeunes. Et parmi les mesures phares du plan #1jeune1solution figurent l’aide à l’embauche des moins de 26 ans, et la prime exceptionnelle dédiée à l’alternance.

Une aide de 4000 € pour l’embauche d’un jeune de moins de 26 ans en CDD ou en CDI

Afin d’inciter au recrutement de nouveaux jeunes collaborateurs, le gouvernement a instauré un dispositif spécifique en vigueur depuis le 1er août 2020 : une aide financière pouvant aller jusqu’à 4000 € par an, versée par l’État à l’employeur de façon trimestrielle. Elle est calculée au prorata de la durée du contrat et du temps de travail du salarié recruté. Pour en bénéficier, les entreprises doivent :

  • embaucher un nouveau salarié de moins de 26 ans, en CDI ou en CDD d’au moins 3 mois. Les salariés déjà présents dans l’entreprise avant le 1er août 2020, et dont le contrat est ensuite renouvelé, ne sont donc pas concernés ;
  • rémunérer le salarié jusqu’à 2 fois le montant du SMIC maximum ;
  • ne pas avoir procédé à un licenciement économique depuis le 1er janvier 2020 ;
  • faire une demande d’aide dans un délai de 4 mois maximum suivant l’embauche, via une plateforme internet de l’Agence de services et de paiement de l’État (ASP), active à partir du 1er octobre 2020.

Cette aide est accessible pour les embauches réalisées jusqu’au 31 janvier 2021.

>> À lire aussi :5 conseils pour réussir la rentrée de votre TPE-PME

Besoin d’être au fait de l’actualité RH et du droit du travail ? Abonnez-vous à la newsletter Adecco et faites le plein d’information 2 fois par mois !

La prime exceptionnelle à l’alternance : les décrets publiés

Annoncées depuis fin juin 2020, les nouvelles incitations financières à l’embauche d’alternants ont été confirmées le 25 août dernier. Et leurs décrets d’application ont beaucoup élargi le champ initialement prévu de ces aides.

En effet, sont désormais concernées non seulement les embauches en contrat d’apprentissage, mais aussi celles en contrat de professionnalisation, dès lors que les alternants préparent un diplôme ou un titre à finalité professionnelle d’un niveau inférieur ou équivalent au niveau VII : soit jusqu’au niveau master (à la différence du droit commun de l’alternance, dont les aides sont limitées aux contrats visant un diplôme ou un titre équivalent au plus au baccalauréat).

>> À lire aussi : Recruter en alternance : quel contrat choisir ?

Autres conditions pour prétendre à cette prime de 5000 € par an pour l’embauche d’un alternant de moins de 18 ans, et de 8000 € par an pour l’embauche d’un alternant majeur :

  • embaucher un salarié en alternance au cours de la période allant du 1er juillet 2020 au 28 février 2021 ;
  • pour les entreprises de plus de 250 salariés seulement, respecter un seuil minimal de salariés en alternance d’au moins 5 % au 31 décembre 2020 (ou d’au moins 3 % si le nombre d’alternants dans l’entreprise présente une augmentation d’au moins 10 % par rapport à l’année précédente).

>> Pour aller plus loin : Recruter en alternance : une stratégie RH porteuse de sens

CDI, CDD, alternance ou encore CDI intérimaire… Profitez des aides financières en vigueur pour augmenter votre productivité, nous nous occupons du reste : sélection de vos candidats, évaluation, et formation ! Et découvrez notre solution Quickmatch 100 % digitale : cliquez, choisissez, recrutez !

Déconfinement et été 2020 : comment gérer les congés payés de vos salariés ?

La période de déconfinement progressif n’impacte pas de la même manière les entreprises selon leurs secteurs d’activité. Certaines auront besoin de redéployer au plus vite leur plein potentiel cet été, et donc de mobiliser l’ensemble de leur personnel pour arriver à compenser leurs pertes… D’autres, au contraire, prévoient déjà ne pas reprendre tout de suite leur rythme de croisière. Des perspectives qui, l’une comme l’autre, pèsent sur la gestion des congés payés de l’été 2020. Heureusement, le droit commun du travail et des mesures exceptionnelles vous donnent les moyens d’y remédier.

CDI Intérimaire, mode d’emploi

« CDII » : ce nouvel acronyme vous est désormais familier, et pour cause. Ce contrat d’un nouveau type, initialement expérimental, existe maintenant depuis 6 ans et a été inscrit dans le Code du Travail en 2018. Pour autant, connaissez-vous vraiment ses spécificités par rapport à l’intérim classique ? Et les avantages qu’il procure aux entreprises qui l’adoptent ? Éléments de réponse !

3 minutes pour vous tester sur la réforme de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés

Depuis le 1er janvier 2020, les mesures engagées par la loi Avenir professionnel (dite « loi Pénicaud ») renforcent votre obligation d’emploi de travailleurs handicapés. Son objectif : faciliter et promouvoir l’emploi direct des personnes en situation de handicap (CDD, CDI, alternance, intérim, stage). En RH averti·e, êtes-vous fin prêt·e pour répondre à ces nouveaux enjeux ? Et si vous testiez vos connaissances sur cette réforme ?

Réglementation
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image