recruter-en-alternance
Recruter en alternance : quelles aides pour vous accompagner ?

Vous n’avez encore jamais sauté le pas de l’embauche en alternance ? Coût, sélection des candidats, ou engagement dans le tutorat font en effet souvent partie des craintes des employeurs tentés par l’aventure de l’alternance. Savez-vous pourtant que de nombreuses aides sont à votre disposition pour chacun de ces facteurs d’appréhension ?

Les incitations financières qui font de l’alternance un investissement gagnant

La progressivité est au fondement de la logique de la formation en alternance, on entend par là : progressivité de l’acquisition des savoirs, de la montée en compétence… mais aussi des niveaux de rémunération des salariés concernés, permettant aux entreprises de ne pas perdre en compétitivité.

  • Pour le contrat d’apprentissage, le salaire minimum dépend d’une part de l’âge de l’apprenti et d’autre part de l’ancienneté de son contrat d’alternance : il varie ainsi de 27 % du SMIC (pour un apprenti de moins de 18 ans en 1re année d’apprentissage) à 78 % du SMIC (pour un apprenti en 3e année et ayant entre 21 et 25 ans). Les apprentis de 26 ans et plus peuvent pour leur part prétendre au SMIC. Les employeurs de moins de 250 salariés bénéficient, de plus, d’une aide financière supplémentaire annuelle (versée mensuellement) de 4125 € la 1re année du contrat, de 2000 € la 2de et de 1200 € à partir de la 3e. Cette aide financière concerne seulement les contrats d’apprentissage visant l’obtention d’un diplôme ou d’un titre professionnel égal ou inférieur au niveau baccalauréat (pour les contrats conclu à partir du 1er janvier 2019);
  • Concernant le contrat de professionnalisation, c’est cette fois l’âge de l’alternant et son niveau de qualification qui déterminent sa rémunération minimale : de 55 % du SMIC (pour un salarié de moins de 21 ans détenteur d’un diplôme inférieur au bac) à 80 % du SMIC (pour un salarié de plus de 21 ans étant détenteur d’un diplôme égal ou supérieur au bac). Comme pour le contrat d’apprentissage, 100 % du SMIC sont dus aux 26 ans et plus.

> À lire aussi : Recruter en alternance, quel contrat choisir ?

Les aides pour devenir un bon tuteur ou maître d’apprentissage

Encadrer des collaborateurs salariés n’est pas toujours facile. Les former soi-même et leur transmettre ses savoir-faire peut donc paraître d’autant plus complexe…

Mais sachez que vous (ou votre collaborateur volontaire pour encadrer votre futur alternant) ne serez pas parachuté·e « maître d’apprentissage » ou « tuteur/tutrice de contrat de professionnalisation » sans aucun accompagnement. Les organismes de formation travaillent en contact étroit avec les employeurs de leurs élèves, pour les guider progressivement. Des formations existent même, organisées par certaines chambres consulaires. Des guides sont aussi édités, par exemple par certains Opérateurs de compétences(OPCO).

Évolutions du droit du travail, conseils pratiques, actualités RH ou encore décryptage de problématiques… La newsletter Adecco, c’est l’occasion de faire le point 2 fois par mois sur les questions qui agitent l’univers de l’emploi !

Les appuis pour être accompagné·e et trouver le bon candidat à l’embauche en alternance

Autre enjeu important pour la réussite d’un projet d’embauche en alternance : recruter un candidat sur la base de ses compétences actuelles… et bien sûr de son potentiel à venir. Une évaluation qui n’est pas toujours facile, d’autant plus si, comme beaucoup d’employeurs, vous recevez chaque année de très nombreuses candidatures pour l’alternance. Tri des CV, analyse, réception des candidats, sélection sont en effet des contraintes très chronophages et parfois dissuasives.

Vous pouvez pourtant vous appuyer sur plusieurs types d’acteurs des politiques de l’emploi pour faciliter, voire même parfois gérer à votre place tous ces processus :

  • n’hésitez pas à entrer directement en contact avec les organismes de formation de votre territoire : CFA (centres de formation d’apprentis), Greta (regroupement d’établissements publics locaux d’enseignement), lycées professionnels, IUT (Instituts universitaires de technologie) et autres écoles offrant des formations liées à votre secteur d’activité. Ils vous aiguilleront dans vos démarches et pourront vous proposer des candidats adaptés. Si vous ne savez pas quel organisme solliciter, demandez conseil auprès de votre Chambre de commerce et de l’industrie ou de votre Chambre de Métiers : elle saura vous faire gagner du temps et vous orienter vers les bons interlocuteurs.
  • Les agences d’emploi sont elles aussi forces de proposition en matière d’alternance, et peuvent réaliser elles-mêmes certaines étapes du recrutement, comme la sélection des candidats : opérateurs publics mais aussi agences privées de recrutement dont certaines peuvent assurer la gestion complète du parcours de votre futur alternant (évaluation, recrutement, intégration, parcours de formation).

Avec Adecco, vous bénéficiez d’un accompagnement clé en main pour conduire avec succès votre projet d’embauche en alternance : sourcing et évaluation des meilleurs candidats, intégration dans votre entreprise, gestion d’un parcours de formation ajusté à vos besoins… Envie d’en savoir plus ? Rendez-vous dans votre Agence en ligne !


BD : Recrutement, décoder les soft skills, oui, mais comment ?

L’anglicisme « soft skills », de plus en plus répandu dans le vocabulaire RH, signifie littéralement « compétences douces ». C’est-à-dire ? Tout simplement les savoir-être, les aptitudes et les qualités humaines qui font d’un candidat qualifié un talent accompli et un collaborateur apprécié ! Dans ce 2nd épisode de notre série BD, découvrez avec Chloé, chargée de recrutement, comment les évaluer judicieusement.

La fonction RH en PME : quelles stratégies et quels outils ?

Dans les TPE et PME, la gestion du personnel est souvent menée de manière pragmatique et informelle par… le chef d’entreprise lui-même ! Une solution qui montre parfois ses limites, d’autant que la fonction RH a des enjeux tout aussi stratégiques pour une multinationale que pour une petite structure. Et si vous lui donniez une nouvelle envergure en adoptant les bons outils ?

Recruter des emplois saisonniers : pour un été réussi qui compense les pertes accumulées

Le Covid-19 est venu bouleverser l’activité économique, mais la reprise est déjà dans la tête de tous les entrepreneurs. C’est votre cas ? L’urgence est donc à la compensation des pertes économiques imposées par l’épidémie. Et pour anticiper une relance que tous souhaitent la plus rapide et complète possible, le mieux est de miser vite et bien sur les emplois saisonniers.

Category

Conseils pratiques
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image