Décrypter le langage corporel : ce que dit la bouche

Votre interlocuteur vous dit une chose qui ne correspond pas à votre ressenti ? Bienvenue dans le monde de la communication non verbale ! Du candidat pudique au collaborateur mal à l’aise, le langage corporel traduit parfois ce que les mots ne veulent pas dire… On vous aide à décrypter ce que peut vous dire la bouche !

1/ La bouche mobile

Votre interlocuteur prononce chaque mot de façon distincte, sans exagérer, et vous comprenez clairement les propos qu’il tient ? C’est bon signe pour cet entretien ! Une bouche mobile, dénuée de rigidité, est signe de confiance en soi et révèle une personne ouverte aux autres.

2/ La grimace marquée

Si rares sont les interlocuteurs à tirer la langue en entretien, bien plus nombreux sont ceux qui grimacent ! Votre vis-à-vis tord la bouche, la relève d’un côté, la crispe de l’autre ? Il se révèle très concentré sur ce qu’il pense... mais beaucoup moins sur ce que vous êtes en train de lui dire. Il est peut-être même en désaccord avec vos propos, ce qu’il n’avait pas forcément l’intention de verbaliser.

3/ La bouche pincée

Vous avez face à vous un regard intéressé, des hochements de tête passionnés… et une bouche pincée au point de faire disparaître les lèvres ? Voilà une expression peu discrète qui peut indiquer la pudeur, la retenue, le dégoût… En bref, un sentiment qui n’a pas lieu d’être en entretien, à moins de questions déplacées, de malaise non verbalisé ou d’odeurs malvenues.

> Découvrez également notre article sur L'intelligence émotionnelle.

4/ Le sourire faux, ou demi-sourire

Si le sourire du candidat ou du collaborateur s’étire sans remonter, n’atteint pas les yeux ou ne remonte que d’un côté, méfiance ! Plus proches du rictus que du sourire, ces mimiques peuvent témoigner d’un tempérament chicanier, de ceux qui cherchent la petite bête jusqu’à la débusquer. Au conditionnel, bien sûr, puisque la théorie n’a rien d’infaillible…

5/ Les lèvres mordues

Votre interlocuteur se mordille la lèvre inférieure ? Cela indiquerait un malaise, une nervosité, une angoisse, voire une tristesse refoulée. Pas de quoi s’inquiéter, mais une piste à creuser, puisqu’elle peut potentiellement signaler un vrai problème.

6/ La bouche cachée

Rien à faire, votre vis-à-vis refuse de laisser paraître ses lèvres ? S’il agite les mains, les doigts, ou même des documents devant sa bouche, ouvrez grand les yeux et les oreilles. De tels gestes inconscients visent à former une barrière devant la bouche, soit pour se cacher, soit pour empêcher les mots de sortir. Dans un cas comme dans l’autre, il peut y avoir anguille sous roche.

7/ La bouche figée

Certaines personnes réussissent l’exploit de s’exprimer sans que les lèvres ne bougent, ou presque. Si votre interlocuteur parle en remuant la bouche mais pas les lèvres, ou que la lèvre supérieure reste rigide, vous avez face à vous un individu mal à l’aise au point d’en perdre toute souplesse… à moins qu’il ne soit simplement psycho-rigide.

Découvrez aussi ce que dit le maintien assis !

Vous menez déjà avec maestria vos entretiens, du recrutement aux échanges avec les collaborateurs ? Ajoutez une corde à votre arc en apprenant à décrypter le langage corporel !

> Envie d’aller plus loin ? Découvrez bien d’autres idées et infos RH en vous abonnant à la newsletter du blog Adecco.

Source : Le langage des gestes pour les nuls, par Joseph Messinger, psychologue et spécialiste de la symbolique gestuelle, également auteur de Ces gestes qui vous trahissent

Crédit photo :Designed by katemangostar / Freepik

3 conseils pour recruter sans discriminer

La plupart du temps inconscients, les automatismes et les représentations participent à faire peser des risques de discrimination sur le recrutement. Aujourd’hui encore, les discriminations impactent fortement l’accès à l’emploi de certains profils… mais aussi la performance des entreprises qui passent, ainsi, à côté de talents aux compétences pourtant recherchées. Découvrez nos 3 conseils pour ouvrir le recrutement à la diversité !

Recruter en TPE-PME (ép.4) : comment contractualiser ?

Vous y voilà ! Il ne reste plus qu’à finaliser l’arrivée de votre nouveau collaborateur, puisqu’en ayant suivi nos précédents épisodes sur le recrutement des (très) petites et moyennes entreprises, vous avez réussi à l’attirer et le sélectionner. Pour autant, tout n’est pas terminé : avant de l’intégrer dans l’entreprise, vous devez contractualiser votre accord. Une étape à réaliser sans précipitation…

Des salaires plus élevés pour plus de productivité

Augmenter les rémunérations favoriserait une meilleure implication des salariés dans l’entreprise. Comment ? Découvrez ici 2 facteurs directement liés au salaire et qui entrent en compte de cette augmentation de la productivité.

Category

Conseils pratiques
ADD_COMMENT
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image