orthographe
Orthographe et entreprise : 5 tips pour éviter les coquilles

La politesse invite souvent à les qualifier de « fautes de frappe », mais force est de reconnaître que ce sont bien d’authentiques fautes d’orthographe et de syntaxe qui émaillent encore trop souvent les écrits professionnels… Une problématique à laquelle les DRH sont d’ailleurs loin d’être insensibles. Il est temps de faire la chasse aux coquilles dans votre entreprise !

Quand les problèmes d’orthographe pèsent sur la GRH et l’image de l’entreprise…

Un récent sondage mené par OpinionWay pour l’application « Mon Coach Bescherelle », basé sur les réponses de 200 directeurs des ressources humaines, est l’occasion d’évoquer un sujet traditionnellement tabou dans l’entreprise : la piètre orthographe de nombreux de ses collaborateurs. Une réalité qui vient incontestablement peser sur leur recrutement, mais aussi sur leur évolution professionnelle !

  • 52 % des DRH interrogés reconnaissent avoir déjà écarté des candidats suite à des fautes repérées dans leurs CV ou leurs lettres de motivation.
  • 44 % déclarent que la mauvaise orthographe d’un collaborateur avait déjà entraîné des remarques de la part de ses managers ;
  • 15 % estiment également qu’elle représente un frein à la promotion professionnelle.

Enfin, 92 % des DRH soulignent que les fautes d’orthographe nuisent à l’image de leur entreprise. Réseaux sociaux, échanges de mails, newsletters, site web… À l’heure où l’écrit occupe une place prépondérante dans le secteur pro, difficile de les contredire !

>> Sourcing digital : comment faire venir les (bons) candidats à soi ?

5 idées pour améliorer le niveau de français de vos équipes

Loin d’être un don inné, l’orthographe n’est qu’une histoire d’entraînement et de bonnes habitudes. Pourquoi ne pas en faire un élément de culture d’entreprise ? D’autant que de nombreux moyens sont à votre service pour dédramatiser cette problématique et l’ériger en défi collectif.

  • #1 Une minute par jour de remise à niveau, en vidéo : disponibles sur YouTube ou DailyMotion, des mini séquences décryptent des règles d’orthographe et de grammaire… avec, en bonus, une touche d’humour et de légèreté. En postant chaque jour une de ces vidéos sur le chat interne de votre entreprise, incitez vos collègues à réviser tout en douceur les bases du français.

  • #2 La twictée, vous connaissez ? : de plus en plus utilisée par les enseignants de l’Éducation Nationale, cette dictée collaborative et digitale s’adresse aussi aux adultes sur Twitter. Des petits concours quotidiens de 140 caractères maximum proposent soit de repérer une faute , soit de saisir une phrase dictée par vidéo . Les erreurs sont décryptées, et permettent aux accros des réseaux sociaux de progresser et de se challenger mutuellement, sans se lasser.

  • #3 Les applications de révision : De nombreuses applis d’e-learning permettent de s’exercer et de réviser depuis son smartphone ou sa tablette : Orthographe Projet Voltaire, Orthofolie , Mon coach Bescherelle … Il suffit de quelques minutes quotidiennes pour que vos collaborateurs effectuent les exercices proposés, souvent personnalisés et adaptés à leur niveau en orthographe.

  • #4 Les correcteurs automatiques, à utiliser avec précaution: leur qualité s’améliore sans cesse au fil du temps, et ils sont très utiles pour éviter les coquilles. Chaque poste informatique peut-être doté de ces logiciels achetés sous licence. Mais attention : les fautes logées dans des phrases complexes passent parfois entre les mailles de leur filet.

  • #5 Se relire, tout simplement ! Qui n’a pas déjà machinalement appuyé sur « Envoyer » à la fin d’une journée chargée, pour se rendre compte avec effroi que son message contenait une énorme boulette orthographique ? Pour éviter ces moments de solitude, pas de secret : on prend le temps de se relire… voire de se faire relire, par exemple avant de livrer un rapport ou une présentation. Créer une team de relecture, composée de vos salariés les plus aguerris à l’orthographe, fait partie des solutions possibles.

>Enfin, pour faire de votre structure un modèle, pourquoi ne pas miser sur une certification en orthographe ? Certificat Voltaire , Bescherelle ou Le Robert : il en existe plusieurs en France, qui s’obtiennent dans un centre d’examen agréé. L’évaluation repose sur une série de questions et une dictée. Une fois la certification en poche, plus de doute, vos collaborateurs sont devenus de vrais pros de la langue française. Et vous pouvez vous en vanter !

À lire aussi : L’expérience employé, grande gagnante de l’innovation digitale RH

Le saviez-vous ? Chez Adecco, non seulement nous évaluons attentivement nos candidats, mais nous leur proposons aussi des formations individuelles dans des disciplines variées. Besoin d’un collaborateur qui soit ceinture noire en orthographe ? Rendez-vous dans Mon Agence en ligne !

Quartiers prioritaires : des réservoirs de talents à recruter (part.1)

Face à des besoins de recrutement de plus en plus difficiles à satisfaire, nombreux sont les employeurs qui n’hésitent plus à réaliser un sourcing actif auprès des candidats résidant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Une tendance qui s’explique en partie par une employabilité croissante de leurs jeunes candidats à l’emploi, soulignée par l’Observatoire national de la politique de la ville dans son dernier rapport.

Intelligence émotionnelle : un nouveau test indispensable au recrutement

L’intelligence émotionnelle, vous connaissez ? Il s’agit de l’une de ces fameuses compétences douces (ou « soft skills ») qui confèrent une forte valeur ajoutée professionnelle, au-delà des seules compétences techniques. Une personne dotée d’intelligence émotionnelle est ainsi capable d’identifier les émotions, chez elle comme chez autrui, et d’élaborer une réaction appropriée. Des aptitudes dont l’évaluation s’avère essentielle lors du recrutement.

Recruter en alternance : une stratégie RH porteuse de sens

En janvier 2019, près de 263 000 salariés travaillaient sous contrat de professionnalisation, et presque 450 000 sous contrat d’apprentissage (1). Des chiffres qui augmentent significativement : depuis 2017, on enregistre une évolution de + 16 % pour les contrats de professionnalisation, et de + 7 % pour l’apprentissage. L’alternance séduit donc de plus en plus les employeurs à la recherche de nouveaux talents… et pour de bonnes raisons  !

ADD_COMMENT
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image