compte-personnel-formation
Compte personnel de formation : du nouveau pour l’entreprise et ses salariés

Depuis 2015, le Compte personnel de formation (CPF) a progressivement remplacé le précédent Droit individuel à la formation (DIF). Objectif : simplifier le dispositif et promouvoir son utilisation, notamment en exprimant les droits acquis par les salariés en euros, et en leur permettant de mieux les gérer via une application mobile dédiée. Des facilités qui bénéficient autant aux salariés… qu’à leurs employeurs !

Le principe du CPF en bref

Jusqu’au 31 décembre 2018, le CPF de chaque salarié était alimenté sous forme d’heures de formation, créditées chaque année. Mais depuis le 1er janvier 2019, les droits à la formation sont désormais monétisés en euros. Les droits anciennement acquis au titre du DIF ou du CPF ont été convertis à raison de 15 € par heure. Et depuis 2019, le CPF est crédité par la Caisse des dépôts et consignations (CDC) :

  • de 500 € par an ;
  • de 800 € par an pour les bénéficiaires de l’obligation d’emploi de travailleurs handicapés ou pour les salariés de faible niveau de qualification (n’ayant pas atteint un niveau de qualification validé par l’obtention d’un CAP/BEP, d’un titre professionnel de niveau 3 ou d’une certification reconnue par une convention collective).

Pour les salariés dont la durée annuelle de travail a été inférieure à la moitié de la durée légale (1 607 heures) ou conventionnelle, cette somme est calculée de façon proportionnelle à leur durée de travail.

> Bon à savoir : des accords collectifs peuvent prévoir des montants plus importants. Les employeurs concernés versent alors à la CDC, qui gère le dispositif, le montant correspondant.

Afin de responsabiliser les entreprises dans leur rôle de promoteur de la formation continue tout au long de la vie, un abondement complémentaire est parfois obligatoire pour les employeurs de 50 salariés ou plus : d’un montant de 3 000 €. Il est dû aux salariés n’ayant bénéficié d’aucune formation autre qu’obligatoire, ni d’entretiens professionnels durant les 6 années précédant l’état des lieux récapitulatif du parcours professionnel prévu par l’article L.6323-13 du Code du travail.

Aller plus loin : Le Compte Personnel de Formation (CPF) : une opportunité à saisir pour votre entreprise !

Comment les salariés peuvent-ils utiliser leur CPF

De deux principales façons :

  • soit en dehors de leurs heures de travail : ils peuvent dès lors, le faire tout à fait librement, sans avoir besoin d’avertir leur employeur ;
  • soit pendant leurs heures de travail : ils doivent demander une autorisation d’absence à leur entreprise avec un préavis minimal (60 à 120 jours selon la durée de la formation). Leur rémunération est maintenue par l’employeur pendant leurs heures de formation, financée en partie par l’Opérateur de compétences (OPCO) dont l’entreprise relève.

Après avoir choisi une formation, les salariés doivent déposer une demande de validation auprès de la CDC, notamment au moyen de l’application mobile créée à cet effet.

> Pour rester informé, grâce à notre sélection d’articles bimensuelle, abonnez-vous à la newsletter d’Adecco !

La formation professionnelle : un levier pour les salariés… et pour leur entreprise

Fidélisation, montée en compétences, évolution… : l’acquisition de nouvelles connaissances et savoir-faire est déterminant pour maintenir la motivation individuelle des collaborateurs au sein de l’entreprise . L’accès à la formation permanente est aujourd’hui devenu essentiel au niveau collectif, dans un contexte productif où les technologies, les usages et les enjeux évoluent toujours de plus en plus vite.

Le CPF constitue dès lors une véritable opportunité, tant pour les salariés que pour leurs employeurs qui gagnent à inciter leurs collaborateurs à s’en saisir, et pourquoi pas à construire avec eux des parcours de formation qui correspondent aussi aux besoins de l’entreprise. Et si vous vous y mettiez cette année ?


Alternance, formation continue, qualification, adaptation des compétences… Chez Adecco, la formation et le développement des talents est la clé de voûte de notre activité. Objectif : faire de votre capital humain votre premier avantage concurrentiel, que vos collaborateurs soient salariés en CDI, en CDD ou en alternance,ou qu’ils soient intérimaires.

2 dispositifs facilitant le recrutement dans les quartiers prioritaires (part.2)

Le dispositif des emplois francs et le « Paqte avec les quartiers pour toutes les entreprises » (PAQTE) incitent de plus en plus d’employeurs à recruter des collaborateurs vivant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Au-delà d’un effet d’affichage, cet engagement sociétal profite avant tout à l’efficacité des stratégies RH et à la performance des entreprises. Explications.

Quartiers prioritaires : des réservoirs de talents à recruter (part.1)

Face à des besoins de recrutement de plus en plus difficiles à satisfaire, nombreux sont les employeurs qui n’hésitent plus à réaliser un sourcing actif auprès des candidats résidant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Une tendance qui s’explique en partie par une employabilité croissante de leurs jeunes candidats à l’emploi, soulignée par l’Observatoire national de la politique de la ville dans son dernier rapport.

Intelligence émotionnelle : un nouveau test indispensable au recrutement

L’intelligence émotionnelle, vous connaissez ? Il s’agit de l’une de ces fameuses compétences douces (ou « soft skills ») qui confèrent une forte valeur ajoutée professionnelle, au-delà des seules compétences techniques. Une personne dotée d’intelligence émotionnelle est ainsi capable d’identifier les émotions, chez elle comme chez autrui, et d’élaborer une réaction appropriée. Des aptitudes dont l’évaluation s’avère essentielle lors du recrutement.

Category

Décryptages
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image