Quartiers prioritaires : des réservoirs de talents à recruter (part.1)

Face à des besoins de recrutement de plus en plus difficiles à satisfaire, nombreux sont les employeurs qui n’hésitent plus à réaliser un sourcing actif auprès des candidats résidant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Une tendance qui s’explique en partie par une employabilité croissante de leurs jeunes candidats à l’emploi, soulignée par l’Observatoire national de la politique de la ville dans son dernier rapport.

Quartiers prioritaires : une employabilité en hausse qui intéresse de plus en plus les employeurs…

Dans son dernier rapport annuel (1), l’Observatoire national de la politique de la ville souligne les changements à l’œuvre dans les quartiers français dits « en difficulté ». Venant nuancer des représentations souvent stéréotypées, des tendances évolutives se dessinent, notamment en matière de qualification et d’employabilité :

  • en fin de collège, les jeunes résidant au sein de quartiers prioritaires se dirigent plus vers des voies professionnelles (64 %) que les jeunes à l’échelle de leurs unités urbaines (58 %) ;
  • lorsqu’ils obtiennent leur bac professionnel, ces jeunes poursuivent davantage leurs études vers un BTS ou une licence universitaire ;
  • 38 % des diplômés du supérieur résidant en quartier prioritaire (au moment du bac) ont un niveau bac + 5, soit à peine moins que leurs homologues résidant ailleurs dans l’agglomération (41 %).

A lire aussi : CV anonyme, CV sans adresse, recrutement sans CV : où en est-on ?

… et qui devrait peser en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes vivant en quartiers prioritaires

Pour autant, les trajectoires d’insertion de ces jeunes demeurent plus erratiques qu’ailleurs : leur délai moyen d’accès à un 1er emploi est plus long, et ils cumulent davantage les périodes courtes d’emploi pendant leurs 3 premières années de vie active.

Une réalité dont vient témoigner le taux de chômage qu’enregistrent les quartiers prioritaires : 2,5 fois supérieur à celui des autres quartiers de leurs agglomérations respectives… mais à laquelle répondent justement de nouvelles mesures incitatives ainsi qu’une véritable dynamique initiée par les entreprises : en particulier le dispositif des emplois francs et le « Paqte avec les quartiers pour toutes les entreprises » (PAQTE).

>> Ne loupez aucune info RH en vous abonnant à la newsletter du blog Adecco

(1) Emploi et développement économique dans les quartiers prioritaires, rapport annuel 2018 de l’ONPV.

À travers la mise en œuvre d’un pacte social convaincu et exigeant, nous œuvrons chaque jour à diversifier nos horizons de recrutement, et enrichir le capital humain de nos clients… tout en leur garantissant réactivité, souplesse et disponibilité grâce à notre Agence en ligne.

Accéder à Mon Agence En Ligne

2 dispositifs facilitant le recrutement dans les quartiers prioritaires (part.2)

Le dispositif des emplois francs et le « Paqte avec les quartiers pour toutes les entreprises » (PAQTE) incitent de plus en plus d’employeurs à recruter des collaborateurs vivant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Au-delà d’un effet d’affichage, cet engagement sociétal profite avant tout à l’efficacité des stratégies RH et à la performance des entreprises. Explications.

Intelligence émotionnelle : un nouveau test indispensable au recrutement

L’intelligence émotionnelle, vous connaissez ? Il s’agit de l’une de ces fameuses compétences douces (ou « soft skills ») qui confèrent une forte valeur ajoutée professionnelle, au-delà des seules compétences techniques. Une personne dotée d’intelligence émotionnelle est ainsi capable d’identifier les émotions, chez elle comme chez autrui, et d’élaborer une réaction appropriée. Des aptitudes dont l’évaluation s’avère essentielle lors du recrutement.

Recruter en alternance : une stratégie RH porteuse de sens

En janvier 2019, près de 263 000 salariés travaillaient sous contrat de professionnalisation, et presque 450 000 sous contrat d’apprentissage (1). Des chiffres qui augmentent significativement : depuis 2017, on enregistre une évolution de + 16 % pour les contrats de professionnalisation, et de + 7 % pour l’apprentissage. L’alternance séduit donc de plus en plus les employeurs à la recherche de nouveaux talents… et pour de bonnes raisons  !

Category

Décryptages
ADD_COMMENT
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image