Epargne salariale
Épargne salariale : un levier RSE à saisir pour les TPE-PME

Le partage de la valeur au sein de l’entreprise fait partie des grands projets sociaux conduits par le gouvernement cette année. La loi Pacte, adoptée de façon définitive en avril 2019, prévoit à cet effet plusieurs dispositions pour favoriser les efforts d’intéressement, de participation et d’épargne au profit des salariés. Elle s’adresse notamment aux PME-TPE, jusqu’ici peu sécurisées dans le déploiement de ce type d’accords qui peuvent pourtant constituer un véritable atout pour la gestion de leur capital humain.

Intéressement, participation, plan : l’épargne salariale capitalise !

Dès le 1er janvier 2019, la loi de financement de la Sécurité sociale a tracé un premier sillon, suivi quelques mois plus tard par la loi Pacte. Dans la ligne de mire du gouvernement : la contribution forfaitaire patronale de 20 % sur les primes de participation et d’intéressement versées aux salariés. Cette contribution était en effet considérée comme un frein économique par les PME et TPE. Pour le lever, l’exonération de ce forfait social a été instituée au profit :

La loi Pacte a entériné cette nouvelle dynamique en avril dernier, à travers d’autres mesures facilitatrices.

Premièrement, en matière d’intéressement : le plafond individuel des primes d’intéressement versées à un même salarié a été relevé à hauteur de 75 % du PASS (plafond annuel de Sécurité sociale) contre 50 % jusqu’ici : soit jusqu’à 30 393 € en 2019 et en s’alignant ainsi sur le plafond de la participation. Si un reliquat subsiste, il peut désormais être réparti entre les salariés n’ayant pas atteint leur plafond (selon les règles de répartition prévues par l’accord d’intéressement).

Deuxièmement, en matière de participation : lorsqu’elle est répartie proportionnellement aux salaires individuels, ceux-ci sont maintenant plafonnés à 3 PASS (contre 4 jusqu’alors) ; une disposition visant à améliorer l’équité du partage de valeur au profit des salariés les moins rémunérés.

Enfin, en matière de plans d’épargne : désormais, les employeurs peuvent abonder unilatéralement aux PEE (Plans Épargne Entreprise) de leurs salariés, même si ceux-ci n’y contribuent pas. Et les PEE peuvent aussi être alimentés par les détenteurs de titres de l’entreprise : 10 % de leurs plus-values de cession peuvent en effet être distribués aux salariés sous forme d’abondement à leur PEE (dans la limite de 30 % du PASS).

Loi Pacte et TPE-PME : place aux actes

Ces mesures arriveront-elles à profiter aux salariés des petites et moyennes entreprises ? Telle est la question, face au constat qui a motivé ces dispositions : selon la DARES, moins de 20 % d’entre eux bénéficient d’accords d’intéressement ou de participation dans les entreprises de moins de 50 salariés, alors que plus de 85 % en profitent dans les grandes entreprises (celles de plus de 250 salariés) ! Une situation d’autant plus regrettable que les efforts des employeurs en la matière sont de réels atouts RSE pour attirer, motiver et fidéliser leurs talents.

« Trop chers », « Complexes à mettre en place », « Pas assez adaptés à la réalité des petites structures »… La frilosité des TPE-PME devrait largement s’atténuer, si tant est que leurs dirigeants disposent d’une information suffisante sur les facilités qui leur sont désormais offertes.

Savez-vous, par exemple, que les nouvelles règles d’assouplissement des seuils d’effectifs de la loi Pacte s’appliquent aussi à l’intéressement ou la participation ? L’exonération de la contribution de 20 % sera valable tant que les entreprises n’auront pas franchi les seuils de 50 ou 250 salariés pendant 5 années consécutives. Un délai qui permet d’envisager le déploiement de l’épargne salariale avec moins de risques ! D’autant que la loi Pacte prévoit aussi qu’aucune modification sociale ou fiscale ne sera opposable à leurs accords sur toute leur durée : un gage supplémentaire de sécurité.

> À lire également : Seuils d’effectifs : comment comptabiliser vos salariés ?

> Bon à savoir : des modèles types d’accords d’intéressement ou de participation, clé en main, sont disponibles sur le site du Ministère du Travail.

Vous avez besoin de mettre en valeur votre marque employeur, de sélectionner et d'évaluer vos candidats sur des critères précis ? Consultez la boîte à outils des PME pour bénéficier de conseils personnalisés ! Et pour être accompagné lors de vos recrutement, rendez-vous sur Mon Agence en Ligne

2 dispositifs facilitant le recrutement dans les quartiers prioritaires (part.2)

Le dispositif des emplois francs et le « Paqte avec les quartiers pour toutes les entreprises » (PAQTE) incitent de plus en plus d’employeurs à recruter des collaborateurs vivant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Au-delà d’un effet d’affichage, cet engagement sociétal profite avant tout à l’efficacité des stratégies RH et à la performance des entreprises. Explications.

Quartiers prioritaires : des réservoirs de talents à recruter (part.1)

Face à des besoins de recrutement de plus en plus difficiles à satisfaire, nombreux sont les employeurs qui n’hésitent plus à réaliser un sourcing actif auprès des candidats résidant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Une tendance qui s’explique en partie par une employabilité croissante de leurs jeunes candidats à l’emploi, soulignée par l’Observatoire national de la politique de la ville dans son dernier rapport.

Intelligence émotionnelle : un nouveau test indispensable au recrutement

L’intelligence émotionnelle, vous connaissez ? Il s’agit de l’une de ces fameuses compétences douces (ou « soft skills ») qui confèrent une forte valeur ajoutée professionnelle, au-delà des seules compétences techniques. Une personne dotée d’intelligence émotionnelle est ainsi capable d’identifier les émotions, chez elle comme chez autrui, et d’élaborer une réaction appropriée. Des aptitudes dont l’évaluation s’avère essentielle lors du recrutement.

Category

Décryptages
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image