Alternance intérimaire ou alternance "classique" ?
6 différences entre l’alternance intérimaire et l’alternance « classique »

L’alternance, vous connaissez : c’est quand un apprenant partage son temps entre la formation à l’école et le travail en entreprise. L’intérim, vous savez également ce que c’est : quand un travailleur effectue des missions temporaires dans une entreprise en fonction des besoins de celle-ci. Mais connaissez-vous l’alternance intérimaire ? Et savez-vous quels sont ses avantages ? On vous explique tout !

1/ Le contrat

  • L’alternance « classique »

Le contrat d’apprentissage (ou de professionnalisation, selon les filières et les établissements) est signé, de manière exclusive, entre l’entreprise et l’alternant.

  • L’alternance intérimaire

Comme pour l’intérim classique, la signature de contrat se fait entre l’entreprise et une agence de travail temporaire comme Adecco : le contrat ne lie pas directement l’alternant à l’entreprise qui l’accueille.

2/ La mise en œuvre

  • L’alternance « classique »

Dans la plupart des cas, c’est l’entreprise qui précise, dans sa recherche de candidat, qu’elle souhaite proposer un contrat en alternance. Il arrive cependant que ce soit l’alternant qui contacte, de façon spontanée, sa future entreprise d’accueil.

  • L’alternance intérimaire

L’entreprise est délestée de la recherche de candidats et fait simplement connaître ses besoins en un métier et / ou des compétences spécifiques. Adecco, par l’intermédiaire de la Grande École de l’Alternance, peut alors lui proposer un parcours de formation adapté à ses besoins et trouver le futur alternant intérimaire. Adecco réalise alors un véritable recrutement, en mettant notamment en place une phase d’évaluation renforcée. Le choix de l’alternant est ensuite validé par l’entreprise, avec un objectif : une embauche à la fin de la formation !

3/ Le parcours de formation

  • L’alternance « classique »

L’entreprise a peu d’influence sur le parcours de formation : son alternant va suivre un cursus établi par l’école, qui ne sera modifiable qu’à la marge – et encore ! Les besoins spécifiques de l’entreprise sont abordés seulement lorsque l’établissement le décide, même s’ils sont capitaux.

  • L’alternance intérimaire

La différence est de taille ! La Grande École de l’Alternance prépare un parcours de formation sur-mesure pour l’entreprise, en faisant appel à plusieurs organismes de formation si nécessaire. Cela donne une véritable souplesse au cursus : l’entreprise a l’assurance de voir l’apprenant évoluer et monter en compétences au rythme espéré.

4/ Le parcours en entreprise

  • L’alternance « classique »

L’entreprise va employer l’alternant en apprentissage pendant deux ans maximum. Au-delà, le contrat peut se transformer en CDD ou en CDI.

À noter : l’entreprise est chargée d’accompagner l’alternant, de s’occuper des procédures administratives et de la relation avec l’école.

  • L’alternance intérimaire

Ici, peu de différences : l’entreprise s’engage avec l’alternant pendant deux ans tout au plus.

À noter : c’est la Grande École de l’Alternance qui se charge d’accompagner l’alternant. Elle gère l’ensemble des démarches administratives, libérant ainsi du temps pour l’entreprise d’accueil.

5/ La réussite en chiffres

  • L’alternance « classique »

En France, le taux de rupture des contrats en alternance est de 20 % (1). C’est peu, et beaucoup à la fois : imaginez le temps perdu à transmettre des savoirs, communiquer des informations potentiellement confidentielles, réorganiser une équipe…

  • L’alternance intérimaire

La Grande École de l’Alternance peut se targuer d’avoir un taux de rupture de contrat qui ne s’élève qu’à 8 % (1). La clé ? Une sélection soignée des apprentis, un accompagnement au jour le jour, ce qui permet de répondre véritablement aux besoins émis avant la signature du contrat. Résultat ? Un taux de mise à l’emploi en fin de formation qui s’élève à 85 % ! (1)

6/ L’alternance classique et l’alternance intérimaire, c’est pour qui ?

  • L’alternance « classique »

L’alternance classique est une solution concrète pour répondre à vos besoins, notamment quand il s’agit de recruter des métiers répandus, qui ne sont pas pénuriques.

  • L’alternance intérimaire

Vous avez des besoins très spécifiques ? L’alternance intérimaire est la solution idéale ! Grâce à un accompagnement par des professionnels des ressources humaines, elle vous offre la possibilité de recruter un alternant qui sera formé aux valeurs de votre entreprise, capable de monter en compétences selon vos exigences.

Découvrez aussi 8 bonnes raisons d’embaucher en alternance intérimaire

Conclusion ? Si l’alternance « classique » est une solution simple et traditionnelle qui peut s’avérer efficace, l’alternance intérimaire présente de nombreux avantages : flexibilité, adaptabilité, justesse… Elle constitue une solution maligne lorsque l’on souhaite renforcer ses équipes avec des métiers rares ou spécifiques.

(1) Chiffres fournis par la Grande École de l’Alternance

Crédit photo : Designed by aopsan / Freepik

L’alternance professionnelle fait peau neuve

Besoin de collaborateurs formés à vos méthodes spécifiques de travail, et dont la montée en compétences progressive profitera au développement de vos activités ? Pensez alternance ! D’autant que la loi Avenir professionnel a notablement modifié les modalités de ses différents dispositifs. On vous explique.

Déclaration sociale : votre effectif est-il bien au complet ?

Changement d’échelle, développement sur de nouveaux marchés ou augmentation d’activité : de nombreuses circonstances conduisent à recruter… au risque parfois de changer de seuil d’effectif salarié, et de voir donc le poids de ses charges sociales augmenter. La loi PACTE devrait toutefois participer à réduire significativement l’impact de ces franchissements. En attendant, faisons le point sur les salariés qui comptent, ou non, dans vos déclarations.

Quiz : selon vous, où en est-on côté diversité dans l’entreprise ?

Égalité femme-homme, intégration du handicap, mixité culturelle… La promotion de la diversité est au-dessus de la pile de vos dossiers à traiter, comme beaucoup d’autres DRH ? Mais quelles sont, concrètement, ses réelles avancées ? Et quels sont les indicateurs disponibles sur lesquels appuyer votre projet ? Rien de tel qu’un petit quiz pour se mettre les idées en place…

Catégorie

Décryptages
ADD_COMMENT
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image