Le CDI sous toutes ses coutures

CDD et contrats courts sont au cœur de l’actualité du marché du travail depuis de nombreux mois. Et pourtant : le contrat à durée indéterminée reste la norme en matière de recrutement, et il n’a pas dit son dernier mot ! Ce régime contractuel connaît plusieurs hybridations depuis quelques années et reste un moyen efficace pour attirer et fidéliser des talents.

Le CDI n’est pas hors-jeu

36 % : c’est le taux d’augmentation des embauches en CDI enregistré entre 2014 et 2018 par l’Agence centrale des organismes de Sécurité sociale . Un indicateur qui concurrence largement les CDD, en hausse de 10 % seulement sur la même période.

Certes, le recours aux contrats courts connaît une progression historique, en particulier dans le secteur tertiaire où les CDD représentent 72 % des embauches… Mais parallèlement, durant le seul 1er trimestre 2018, près d’1 million de personnes ont été recrutées en CDI : ce régime contractuel concerne 48,1 % des embauches de plus d’un mois, un taux lui aussi record depuis la crise de 2008.

C’est l’industrie qui est plus particulièrement concernée par cette évolution haussière, et notamment les secteurs de la plasturgie (+ 29,4 % de CDI en un an), de la métallurgie (+ 22,8 %), de la mécanique industrielle et agricole (+ 28,3 %), ainsi que de la fabrication d’équipements informatiques (+27,9 %).

Une sécurité salariale encore très recherchée par les candidats à l’emploi

Les nouvelles générations d’actifs sont bien souvent présentées comme moins soucieuses que leurs aînés, des régimes contractuels sous lesquels ils travaillent. Ils seraient davantage attentifs à la qualité de leurs conditions de travail, à la bienveillance de leur top management ou encore à l’intérêt des fonctions proposées.

Pour autant, la perspective d’un CDI reste un enjeu réel pour la grande majorité d’entre eux. Un sondage Opinionway révélait en 2017 que 73 % des 18-25 ans considéraient l’emploi en CDI comme un objectif majeur… Une attente qui ne va pas sans interpeller les employeurs en recherche de talents : 46 % d’entre eux déclarent en effet rencontrer de sérieuses difficultés de recrutement et ils sont 42 % à être confrontés à des problématiques de fidélisation (enquête Bpifrance Le Lab conduite auprès d’une population de PME et d’entreprises intermédiaires).

C’est d’ailleurs ces besoins concordants qui ont motivé l’instauration du CDI d’apprentissage en 2014 : dès le début de la période classique d’apprentissage, une future relation de travail durable est engagée. Un moyen qui permet aux entreprises de capter les meilleurs candidats et de limiter leur fuite vers la concurrence à l’issue de l’apprentissage.

Intérimaire, de chantier, de mobilité… Le CDI a fait des petits !

Le CDI d’apprentissage n’est pas la seule déclinaison qu’a connue dernièrement le contrat à durée indéterminée.

Le CDI intérimaire (CDII), entré en vigueur lui aussi en 2014, permet aux travailleurs intérimaires de s’engager durablement avec une agence d’emploi. Ils sont donc rémunérés au même titre que n’importe quel salarié, même en période d’intermission. Ce dispositif vise à réduire la précarité du travail temporaire, et assure aux entreprises utilisatrices une stabilité de leurs collaborateurs.

>> Tout savoir sur les atouts du CDI intérimaire

Autre hybridation du CDI : le CDI de chantier ou d’opération. Utilisé jusqu’ici principalement dans le BTP et la construction navale, il a été récemment étendu à toute autre branche professionnelle favorable. Ce contrat peut être rompu par l’employeur au moment de l’achèvement du chantier ou de l’opération, et le salarié a alors droit à des indemnités de licenciement.

Le secteur de l’hôtellerie-restauration a pour sa part proposé la création d’un troisième CDI d’un nouveau type, afin de sécuriser l’emploi de ses salariés et éviter le recours aux contrats courts. Son projet de « contrat mobilité » permettrait aux salariés d’être employés directement en CDI par une plateforme, laquelle ferait l’intermédiaire entre leurs différents employeurs. Ces derniers auraient, en contrepartie, l’obligation de verser une contribution de « sécurisation » visant à financer en partie l’indemnisation des salariés en période d’inter-contrat. Cette proposition n’a toutefois pas reçu l’approbation des syndicats…

CDI, CDD, CDI intérimaire, alternance ou contrat de travail temporaire : quel que soit votre projet d’embauche, nous vous garantissons un recrutement sans embûche ! De la présélection des candidats à la signature de leur contrat de travail, nous vous accompagnons à chaque étape. Rendez-vous sur Mon agence en ligne  !

Les éléments à connaître sur la durée d’un contrat d’intérim

Recruter en intérim oui, mais comment ? Le travail temporaire permet une certaine flexibilité, notamment parce que la durée du contrat est modulable, mais qu’en est-il de la période d’essai ou du renouvellement ? Toutes les réponses ici.

Prévenir et surmonter les difficultés : quels organismes les TPE-PME peuvent-elles solliciter ?

Difficultés de trésorerie, marge insuffisante, problématiques de gestion du personnel, baisse d’activité… Autant de signaux d’alerte que les TPE-PME ne doivent pas négliger, mais analyser de façon très réactive pour pouvoir rebondir. Cependant, cette nécessité se heurte souvent au manque de temps, de recul, mais aussi à l’isolement de certains chefs d’entreprise. C’est justement pour les soutenir que plusieurs acteurs phares de l’activité économique mettent à leur disposition une palette d’actions et d’interventions afin de les aider à dépasser les moments critiques de leur vie d’entrepreneur.

Le recrutement boomerang : une formule gagnant-gagnant

Connaissez-vous le point commun entre l’ancien patron d’Apple Steve Jobs, le footballeur de Manchester United Paul Pogba, le fondateur et PDG de Twitter Jack Dorsey et l’actionnaire principal de Starbucks, Howard Schultz ? Ils ont tous quitté leur entreprise pour mieux y revenir quelques années plus tard. On parle alors de « salariés boomerang », ou de « recrutement boomerang ». Un phénomène qui se développe depuis quelques années, autant dans les grandes entreprises que les TPE et PME, et qui peut s’avérer gagnant pour toutes les parties.

Décryptages
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image