La sieste au travail, une idée à dormir debout ?
La sieste au travail, une idée à dormir debout ?

Si la sieste au travail a mauvaise réputation, un nombre grandissant d’entreprises tente désormais de la réhabiliter. Ce n’est pas pour rien : quelques minutes de repos pourraient suffire à booster la productivité, améliorer la créativité et le bien-être au travail… Et tout cela sans investissement coûteux !

La sieste au travail au service de la productivité

En Chine, le droit à la sieste est inscrit dans la Constitution. Dormir au travail peut sembler contradictoire, et pourtant… Qui n’a jamais lutté contre la fatigue pour achever la journée ?
En 2014, 19 % des salariés avouaient s’être déjà assoupis sur leur lieu de travail. Depuis, des études de la Nasa – excusez du peu – ont révélé qu’une sieste de 20 minutes suffisait à augmenter la productivité de 35 % ! (1)
La power nap, sieste éclair de deux à vingt minutes, augmenterait ainsi les performances cognitives et psychomotrices. Ces quelques minutes de sommeil salvateur suffisent à l’organisme pour récupérer et éviter le “coup de barre” du milieu de journée. Surtout, elles peuvent améliorer la concentration et stimuler la créativité !

Sieste au travail, bien-être au travail !

Si la sieste n’est pas la clé du bien-être, le manque de sommeil, en revanche, est responsable d’un nombre incalculable de maux. La solution ? Fermer les yeux dix minutes par jour pour recharger les batteries ! Nombreuses sont les études qui créditent la “pause dodo” de bienfaits santé variés. Parmi eux :

  • une réduction des risques de maladies cardio-vasculaires ;
  • une diminution du stress ;
  • une humeur plus égale.

En d’autres termes ? Un collaborateur reposé serait moins malade, plus motivé et plus agréable à fréquenter. Moins de stress, moins d’absences, une meilleure communication… Voilà de quoi transformer l’ambiance qui règne dans vos bureaux, durablement et à peu de frais !

Faire la sieste, ça ne coûte rien !

Un investissement minimal pour une rentabilité maximale : rares sont les aménagements aussi profitables que la salle de sieste. Zen et minimaliste, elle ne nécessite qu’un petit espace, une porte et du calme pour exister… Pour le reste ? Les employés peuvent y amener eux-mêmes matelas et couvertures si la salle n’en prévoit pas. Résultat ? Investissement zéro !
Vous croisez un employé avec sa peluche à la main ? Attention, le but n’est pas non plus de retourner au temps de la maternelle avec une heure de sieste planifiée chaque après-midi… Celle-ci s’introduit en douce dans les pauses, sans aucune incidence sur le temps de travail général. Une sieste n’a nullement besoin d’être longue pour être efficace : dix minutes pendant la pause déjeuner, c’est suffisant pour bien redémarrer !

De la salle de sieste à la salle zen en passant par l’espace de calme, il n’existe pas une, mais mille formules pour adapter la sieste à la culture d’une entreprise. Le principe fondateur ? Permettre à un employé fatigué de retrouver rapidement sa productivité, avec peu à perdre mais beaucoup à gagner. Souvenez-vous de la maxime : “à employé heureux, entreprise heureuse…” et si un employé reposé était un employé heureux ?

(1) Le Monde, La sieste au travail : une idée qui fait son chemin

Crédit photo : Unsplash / elizabeth lies

2 dispositifs facilitant le recrutement dans les quartiers prioritaires (part.2)

Le dispositif des emplois francs et le « Paqte avec les quartiers pour toutes les entreprises » (PAQTE) incitent de plus en plus d’employeurs à recruter des collaborateurs vivant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Au-delà d’un effet d’affichage, cet engagement sociétal profite avant tout à l’efficacité des stratégies RH et à la performance des entreprises. Explications.

Quartiers prioritaires : des réservoirs de talents à recruter (part.1)

Face à des besoins de recrutement de plus en plus difficiles à satisfaire, nombreux sont les employeurs qui n’hésitent plus à réaliser un sourcing actif auprès des candidats résidant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Une tendance qui s’explique en partie par une employabilité croissante de leurs jeunes candidats à l’emploi, soulignée par l’Observatoire national de la politique de la ville dans son dernier rapport.

Intelligence émotionnelle : un nouveau test indispensable au recrutement

L’intelligence émotionnelle, vous connaissez ? Il s’agit de l’une de ces fameuses compétences douces (ou « soft skills ») qui confèrent une forte valeur ajoutée professionnelle, au-delà des seules compétences techniques. Une personne dotée d’intelligence émotionnelle est ainsi capable d’identifier les émotions, chez elle comme chez autrui, et d’élaborer une réaction appropriée. Des aptitudes dont l’évaluation s’avère essentielle lors du recrutement.

Category

Décryptages
ADD_COMMENT
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image