La sieste au travail, une idée à dormir debout ?
La sieste au travail, une idée à dormir debout ?

Si la sieste au travail a mauvaise réputation, un nombre grandissant d’entreprises tente désormais de la réhabiliter. Ce n’est pas pour rien : quelques minutes de repos pourraient suffire à booster la productivité, améliorer la créativité et le bien-être au travail… Et tout cela sans investissement coûteux !

La sieste au travail au service de la productivité

En Chine, le droit à la sieste est inscrit dans la Constitution. Dormir au travail peut sembler contradictoire, et pourtant… Qui n’a jamais lutté contre la fatigue pour achever la journée ?
En 2014, 19 % des salariés avouaient s’être déjà assoupis sur leur lieu de travail. Depuis, des études de la Nasa – excusez du peu – ont révélé qu’une sieste de 20 minutes suffisait à augmenter la productivité de 35 % ! (1)
La power nap, sieste éclair de deux à vingt minutes, augmenterait ainsi les performances cognitives et psychomotrices. Ces quelques minutes de sommeil salvateur suffisent à l’organisme pour récupérer et éviter le “coup de barre” du milieu de journée. Surtout, elles peuvent améliorer la concentration et stimuler la créativité !

Sieste au travail, bien-être au travail !

Si la sieste n’est pas la clé du bien-être, le manque de sommeil, en revanche, est responsable d’un nombre incalculable de maux. La solution ? Fermer les yeux dix minutes par jour pour recharger les batteries ! Nombreuses sont les études qui créditent la “pause dodo” de bienfaits santé variés. Parmi eux :

  • une réduction des risques de maladies cardio-vasculaires ;
  • une diminution du stress ;
  • une humeur plus égale.

En d’autres termes ? Un collaborateur reposé serait moins malade, plus motivé et plus agréable à fréquenter. Moins de stress, moins d’absences, une meilleure communication… Voilà de quoi transformer l’ambiance qui règne dans vos bureaux, durablement et à peu de frais !

Faire la sieste, ça ne coûte rien !

Un investissement minimal pour une rentabilité maximale : rares sont les aménagements aussi profitables que la salle de sieste. Zen et minimaliste, elle ne nécessite qu’un petit espace, une porte et du calme pour exister… Pour le reste ? Les employés peuvent y amener eux-mêmes matelas et couvertures si la salle n’en prévoit pas. Résultat ? Investissement zéro !
Vous croisez un employé avec sa peluche à la main ? Attention, le but n’est pas non plus de retourner au temps de la maternelle avec une heure de sieste planifiée chaque après-midi… Celle-ci s’introduit en douce dans les pauses, sans aucune incidence sur le temps de travail général. Une sieste n’a nullement besoin d’être longue pour être efficace : dix minutes pendant la pause déjeuner, c’est suffisant pour bien redémarrer !

De la salle de sieste à la salle zen en passant par l’espace de calme, il n’existe pas une, mais mille formules pour adapter la sieste à la culture d’une entreprise. Le principe fondateur ? Permettre à un employé fatigué de retrouver rapidement sa productivité, avec peu à perdre mais beaucoup à gagner. Souvenez-vous de la maxime : “à employé heureux, entreprise heureuse…” et si un employé reposé était un employé heureux ?

(1) Le Monde, La sieste au travail : une idée qui fait son chemin

Crédit photo : Unsplash / elizabeth lies

Catégorie

Décryptages
ADD_COMMENT
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image