Quelle évolution pour les aides-soignants ?

Quels services les aides-soignants et aides-soignantes favorisent ? Dans quels délais souhaitent-ils évoluer ? Avec quel contrat ? Notre enquête Evolutions RH révèle les données clés sur l’évolution des aides-soignants pour pouvoir toujours mieux les accompagner.

Les évolutions des aides-soignants et aides-soignantes

Etat des lieux de la profession d’aide-soignant en France

Aujourd’hui, la France compte 185 907 aides-soignants, hors fonctionnaire. Ce chiffre représente une évolution de 1.8% depuis 2015. Et côté parité ? La profession est majoritairement féminine puisque 91% sont des femmes. A noter : seulement 7% des aides-soignants ont moins de 26 ans.

Mais du côté de la demande ? 31469 embauches sont prévues en 2018, dont 35% en CDI. Fin mars 2018, on comptait déjà 12737 offres publiées, dont 25% pour des postes saisonniers. En France, la demande se concentre principalement sur les villes de Paris, Lyon, Marseille et Toulouse où il existe un risque de pénurie.

Evolution et aides-soignants : les résultats de notre enquête

L’évolution des aides-soignantes et aides-soignants n’est parfois qu’une question de service.  Sur les 12 mois à venir, 23 % des aides-soignantes interrogées souhaiteraient évoluer en Sanitaire MCO (médecine chirurgie obstétrique), 14.5% en handicap et 13% en domicile (soins infirmiers à domicile et hospitalisation à domicile). Les services les moins demandés ? Soins de suite et de réadaptation/Rééducation (1%), soins palliatifs (1%) et psychiatrie (2%). Préfèrent-ils rejoindre le secteur public ou privé ? Alors que 77% des personnes interrogées travaillent actuellement dans le secteur public, 48 % de l’ensemble des répondants souhaiteraient évoluer dans le secteur privé (52% dans le secteur public).

La question du contrat est aussi d’importance dans l’évolution des aides-soignantes et aides-soignants. Actuellement, 39 % des personnes interrogées sont en intérim, 34% en CDD, 24% en CDI et 3% en CDI intérimaire. Sans surprise, elles souhaiteraient en priorité décrocher un CDI (49% des répondants), puis un contrat intérim (28%), un CDD (14%) et enfin un CDI intérimaire (9%), ce dans les 12 mois.

Les aides-soignantes et aides-soignants envisageraient-ils une évolution de carrière dans les 12 mois à venir ? Oui pour 54 % d’entre eux. Souhaiteraient-ils évoluer pour devenir infirmier ou infirmière diplômée d’Etat ? C’est non, cette fois, pour 64% d’entre eux. Mais parmi les 36% ayant répondu oui, la majorité (31%), envisage d’évoluer dans les deux ans. Et pour 44% des aides-soignantes et aides-soignants souhaitant devenir infirmière ou infirmier, 44% envisagent de financer eux-mêmes leur formation.

Mais pourquoi ce souhait d’évolution des aides-soignants en infirmier ? Pour 86% des personnes interrogées, c’est principalement pour élargir leurs compétences. 52% désirent avoir plus de responsabilités et 35 % évolueraient pour changer de service ou de secteur. Après leur diplôme d’infirmier, les répondants souhaiteraient évoluer principalement dans le secteur public (55%).

Enfin, s’ils devenaient infirmière ou infirmier, les aides-soignantes et aides-soignants interrogés souhaiteraient exercer en priorité dans les services urgences (24% d’entre eux), handicap (13%) et social (12%).

Qui sont les aides-soignants interrogés sur leur évolution ?

Pour construire cette enquête sur les évolutions des aides-soignants, nous nous sommes basés sur les réponses de 391 d’entre eux.

85% des répondants de cette enquête sont des femmes et 34 % d’entre eux vivent dans le Sud de la France. Les aides-soignants entre 40 et 50 % ont été les plus nombreux à répondre (30%) et 36 % de l’ensemble des répondants sont diplômés depuis plus de 5 ans.


Catégorie

Métiers et spécialisations
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image