Zoom sur les métiers de la petite enfance et leurs nombreuses spécialités

Vous êtes patient(e), calme et capable de faire preuve d’empathie en toutes circonstances ? Bref, vous avez toutes les qualités requises pour travailler au contact des jeunes enfants ? Bonne nouvelle : le secteur de la petite enfance recrute activement. Gros plan sur 5 métiers pour vous aider à trouver votre voie !

Auxiliaire de puériculture : le métier le plus accessible

Les auxiliaires de puériculture s’occupent des bébés et enfants en bas âge, qu’ils soient en parfaite santé ou malades. Leur donner à manger, faire leur toilette, les changer : voici quelques-unes de leurs principales missions. Intéressé(e) ? Vous pouvez commencer votre formation dès l’âge de 17 ans pour décrocher votre DEAP (Diplôme d'État d'Auxiliaire de Puériculture) : en tout, elle dure un an. Vous pourrez ensuite trouver un emploi d’auxiliaire de puériculture dans un hôpital, un centre de Protection maternelle et infantile (PMI), une crèche… Et pourquoi pas, passer le concours d’entrée des IFSI (Instituts de Formation en Soins Infirmiers) après 3 ans d’expérience professionnelle en milieu hospitalier !


Sage-femme : PACES nécessaire…

En devenant sage-femme ou maïeuticien – terme un peu « savant » mais qui a le mérite d’exister, contrairement à sage-homme – vous pourrez aider les femmes à accoucher et vous occuper de leur suivi de grossesse. La formation dure 5 ans : elle comprend la PACES (Première Année Commune aux Études de Santé), que vous pouvez suivre en faculté de médecine, plus 4 ans de formation spécialisée. Une fois votre DESF (Diplôme d'Etat de Sage-Femme) en poche, vous pourrez travailler dans une maternité ou un service de néonatologie par exemple, ou encore en libéral.

Infirmière Puéricultrice

Les infirmières puéricultrices – et infirmiers puériculteurs – ont le droit de prodiguer de véritables soins médicaux aux bébés et jeunes enfants. Elles exercent essentiellement dans les maternités et les hôpitaux où elles coordonnent aussi le travail des auxiliaires de puériculture, mais d’autres structures, dont les centres de PMI, sont susceptibles de vous embaucher si vous optez pour ce métier de la petite enfance ! Mais avant de trouver un emploi d’infirmière puéricultrice, vous devez obtenir le Diplôme d’État de Puériculture : ce dernier est délivré, après un an de formation, aux sages-femmes et infirmières diplômées d’Etat.

Médecin pédiatre : le spécialiste des pathologies de l’enfant

Si votre plus cher désir est de soigner et accompagner les enfants de leur naissance jusqu’à leur entrée dans l’âge adulte, le métier de pédiatre est sans doute fait pour vous. Mais vous devrez vous armer de patience : il faut au moins 10 années de formation (à savoir : 6 ans d’études de médecine « classiques » + 4 ans de spécialisation en pédiatrie) pour enfin obtenir le DES (Diplôme d’études supérieures) de pédiatrie nécessaire pour exercer en cabinet libéral ou en milieu hospitalier ! A noter que vous pouvez aussi vous spécialiser en devenant pneumopédiatre par exemple ou encore neuropédiatre, gastropédiatre, etc.

Pédopsychiatre : le parcours le plus long

Tout comme le pédiatre, le pédopsychiatre s’occupe des enfants depuis leur naissance jusqu’à la fin de leur adolescence. A la différence près qu’il prend en charge les troubles mentaux comme le syndrome d'Asperger, les TOC ou encore la dépression… Là encore, vous pouvez vous spécialiser ! Pour obtenir ce type de poste dans un hôpital ou encore dans un centre médico-psychologique, vous devrez suivre au moins 12 années de formation : 7 années de médecine + 4 ans en psychiatrie ou pédiatrie pour obtenir un DES + 1 an pour décrocher votre DESC (Diplôme d’Études Spécialisées Complémentaires) de psychiatrie de l’enfant ou de l’adolescent. C’est long mais cela vaut le coup si vous êtes vraiment passionné(e) !

Comment gérer les conflits au sein du personnel soignant ?

Vous avez surpris un échange de regards noirs dans un couloir ? Une discussion houleuse dans la salle de repos ? Ou des rumeurs désagréables sur le compte d’une infirmière ? Pas de doute : la tension monte entre les membres de l’équipe soignante. En tant que manager, votre rôle est de mettre un terme à ce conflit avant que la situation ne s’envenime au point de se répercuter sur la santé de vos collaborateurs et des patients. Il s’agit d’une mission délicate, certes, mais pas impossible : suivez nos conseils pour atteindre votre objectif !

Réforme de l’assurance-chômage : quels impacts pour votre établissement ?

Faisant suite à la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel » dite Loi Pénicaud de septembre 2018, la nouvelle réforme de l’assurance chômage mettant en application le bonus-malus pour les entreprises a fait l’objet de décret d’application publiés au Journal Officiel le 28 juillet dernier. Zoom sur les évolutions liées à ces nouveaux textes.

Vers quelle évolution de carrière s’orientent les aides-soignants ?

Quels services les aides-soignants et aides-soignantes favorisent ? Dans quels délais souhaitent-ils évoluer ? Avec quel contrat ? Chaque année, nous interrogeons nos candidats pour connaitre leurs attentes et mieux les anticiper. Notre enquête Evolutions RH révèle les données clés sur l’évolution des aides-soignants pour pouvoir toujours mieux les accompagner.

Comment conserver la "bonne" distance dans la relation soignant-patient ?

« Trouvez la bonne distance avec les patients » : c’est probablement l’un des premiers conseils qu’on donne à tout(e) jeune soignant(e) débutant sa carrière ! Un conseil très avisé certes mais pour le moins succinct alors que les infirmier(e)s, auxiliaires de santé, sages-femmes et autres membres de l’équipe soignante attendent des recommandations concrètes pour résoudre cet épineux problème de distance. Cela tombe bien : nous avons justement plusieurs solutions à vous proposer !

Category

Actualités
ADD_COMMENT
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image