Comment conserver la "bonne" distance dans la relation soignant-patient ?
Comment conserver la "bonne" distance dans la relation soignant-patient ?

« Trouvez la bonne distance avec les patients » : c’est probablement l’un des premiers conseils qu’on donne à tout(e) jeune soignant(e) débutant sa carrière ! Un conseil très avisé certes mais pour le moins succinct alors que les infirmier(e)s, auxiliaires de santé, sages-femmes et autres membres de l’équipe soignante attendent des recommandations concrètes pour résoudre cet épineux problème de distance. Cela tombe bien : nous avons justement plusieurs solutions à vous proposer !

Pourquoi conserver une distance professionnelle est-il si important ?

Puisqu’il est impossible de préserver une saine distance soignant-patient sans être tout d’abord persuadé(e) de son utilité, rappelons qu’une proximité excessive présente de nombreux risques. En effet, cela peut ouvrir la voie vers :

  • des comportements trop familiers voire franchement irrespectueux de la part des patients ou de leur famille. Pour vous donner un exemple concret, on ne compte plus les témoignages d’IDEL se sentant obligé(e)s de faire régulièrement les courses ou d’acheter le journal pour leurs patients ;
  • une importante souffrance émotionnelle, soit parce que l’attitude du patient met le soignant profondément mal à l’aise soit parce qu’il entretient une telle relation d’amitié avec lui qu’il ne supporte plus de le voir souffrir. À terme, cette situation peut impacter négativement la santé du soignant ainsi que la qualité des soins qu’il prodigue.

Bref : conserver une distance professionnelle, c’est aussi important pour la qualité de vie au travail des soignants que pour optimiser la prise en charge du patient ! Convaincu(e) ?

Des conseils pratiques pour trouver la bonne distance dans la relation soignant-patient

S’il vaut mieux éviter de devenir trop proche des patients, nous ne vous conseillons pas pour autant de vous montrer froid avec eux ! À plus forte raison si vous travaillez dans un EHPAD, une maison de retraite ou un service « sensible » comme celui des soins palliatifs : mieux vaut au contraire faire preuve de chaleur humaine pour booster le moral de vos patients.

Pour répondre à leurs besoins psychoaffectifs tout en conservant la distance professionnelle nécessaire, nous vous recommandons notamment :

  • de préférer le vouvoiement au tutoiement et une franche poignée de main au bisou sur la joue ;
  • d’appeler toujours les patients par leur nom (« Mme Untelle », « M. Untel ») ;
  • de faire preuve d’empathie quand vous vous adressez à eux. Vous pouvez sourire, parler sur un ton chaleureux et rassurant, compatir… tant que vous évitez de vous identifier à eux : pour limiter les risques de projection, pensez à des cours de gestion des émotions. Vous pouvez aussi vous essayer au yoga ou à la méditation ;
  • de fixer poliment mais fermement les limites dès votre premier jour au domicile d’un patient. Vous êtes chez lui pour faire ses soins, pas son ménage ou ses courses. Si vous commencez à céder à ce genre de demande, il sera délicat de lui opposer un refus les prochaines fois ;
  • de ne pas hésiter à « passer la main » si une relation est devenue vraiment trop lourde à gérer. Ne vous découragez pas : cela arrive aux soignants les plus expérimentés !

Last but not least : faites confiance à votre instinct. Dans la pratique, il est tout à fait possible d’être un peu plus proche de certains malades – avec tutoiement et même bise sur la joue – sans que la relation soignant-patient en pâtisse. Cela s’apprend naturellement avec le temps !

Category

Actualités
ADD_COMMENT
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image