Comment prévenir et prendre en charge le burn-out chez le personnel soignant ?

Veiller sur la qualité de vie au travail est l’une des missions les plus importantes des cadres de santé. L’une des plus délicates aussi car le personnel soignant est particulièrement exposé au risque de burn-out… La bonne nouvelle ? C’est que le syndrome d’épuisement professionnel est loin d’être une fatalité : vous pouvez dès aujourd’hui prendre des mesures pour protéger vos collaborateurs ! Suivez nos conseils pour prévenir le burn-out et le combattre s’il a déjà « infiltré » votre équipe.

Burn-out du personnel soignant : gros plan sur les mesures préventives

Écoute. Bienveillance. Organisation. Voici les 3 clés pour protéger votre équipe du burn-out. Plus concrètement, vous devez surtout :

  • veiller à fixer des objectifs réalistes. Quoi de plus stressant - et d’épuisant - que d’essayer de remplir une tâche irréalisable ?
  • limiter les brusques augmentations du rythme de travail en tenant soigneusement votre planning
  • vous assurer que chaque membre de votre équipe se repose suffisamment. La charge de travail est-elle répartie équitablement ? Prennent-ils tous leurs temps de repos ? Soyez particulièrement vigilant(e) si un membre de votre équipe semble un peu trop « zélé ». Consacrer tout son temps et toute son énergie aux patients, c’est très noble mais c’est souvent le premier pas vers le burn-out.
  • valoriser le travail de chacun de vos collaborateurs. C’est fou ce que de simples compliments peuvent faire du bien : n’en soyez pas avare pour booster le moral de votre équipe
  • désamorcer rapidement les conflits entre les membres du personnel soignant car ils font partie des facteurs de risque du syndrome d’épuisement professionnel. ÉCOUTEZ chaque partie individuellement en restant le plus neutre possible puis organisez une « rencontre » pour résoudre leur désaccord
  • discuter régulièrement avec chaque membre de votre équipe pour recueillir son ressenti sur ses conditions de travail

En complément, vous pouvez aussi prévoir des activités, sportives ou non, pour resserrer les liens entre vos collaborateurs ! Et prévoir des moments d’échanges et de convivialité.

Identifier et prendre en charge le burn-out

Difficile de donner un « profil type ». Médecins, infirmiers, auxiliaires de puériculture, aides-soignants, AES, … : tous les membres du personnel médical et paramédical peuvent être touchés par le burn-out, aussi bien en milieu hospitalier qu’en cabinet libéral… En revanche, on peut vous dire quels signes doivent vous alerter ! Envisagez un burn-out si un membre de votre équipe :

  • fait preuve de moins en moins d’empathie et d’intérêt pour les patients et ses collègues
  • doute constamment de ses capacités (vous l’entendez régulièrement se dénigrer par exemple)
  • présente des troubles de l’humeur du type irritabilité ou hypersensibilité
  • a des problèmes de concentration voire même des trous de mémoire depuis quelques temps
  • se plaint de céphalées, fatigue, insomnies, maux de ventre…

N’hésitez pas à organiser un entretien individuel pour lui expliquer que vous avez remarqué son changement de comportement et essayez de trouver une solution ensemble. Faites preuve de bienveillance et de patience s'il/elle est dans le déni : cela arrive souvent en cas de burn-out. Un arrêt de travail de quelques jours, assorti d’un réaménagement du poste, suffit parfois à tout faire rentrer dans l’ordre. Mais dans les formes avancées, un éloignement plus long et une psychothérapie peuvent être nécessaires. En parallèle, l’aide d’une association comme l'Association France Burn Out (AFBO) peut aussi être précieuse pour que votre collaborateur retrouve toute sa joie de vivre.

Category

Actualités
ADD_COMMENT
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image