Dress code en hôpital : allier hygiène et confort au service des patients
Dress code en hôpital : la tenue fait-elle le soignant ?

D’après une étude américaine de 2017 (1), le bon dress code ne se contente pas d’assurer l’hygiène ou le confort : il a une véritable influence sur l’état mental des patients, du stress à la confiance. Il est également essentiel pour le collaborateur tout en devant répondre à des règles d’hygiène strictes. Quels critères prendre en compte pour choisir le meilleur dress code ? Éléments de réponse.

Les contraintes de l’hygiène dans les établissements de santé

Dans un hôpital, le premier rôle de la tenue est l’hygiène : le dress code a pour but de limiter ou d’empêcher le transfert d’agents infectieux à des patients fragilisés. Sachant que les cheveux véhiculent à eux seuls plusieurs centaines de bactéries, le challenge est de taille ! L’uniforme varie donc en fonction du cadre : un patient ayant besoin d’une intervention chirurgicale présentera plus de risques qu’un patient venu en consultation pour un simple rhume.

Vos médecins peuvent-ils recevoir en consultation avec leur tenue de ville ? Oui. Mais s’ils interviennent en urgence, c’est – bien sûr – hors de question. À la tenue s’ajoutent mille précautions : les revers sur les manches, les ceintures et les boutons, les montres et bagues qui peuvent percer les gants sont largement bannis. Les interventions à haut risque, quant à elles, exigent en plus des protections spécifiques régulièrement changées ou à usage unique :

  • les masques, les tabliers et les casaques chirurgicales doivent être changés entre chaque intervention ;
  • les sur-blouses doivent être changées dès que souillées – les tabliers plastiques à usage unique sont privilégiés ;
  • les chaussures telles que les sabots dédiés aux zones protégées doivent être lavées quotidiennement ;
  • les lunettes doivent également être nettoyées tous les jours, voire plusieurs fois par jour si nécessaire.

Le confort des collaborateurs et le dress code à l’hôpital

Ils arpentent les couloirs, grimpent les étages quatre à quatre et se lavent les mains en permanence : pour les soignants, le confort deviendrait presque un outil de travail. Les ressources humaines doivent impérativement en tenir compte : ce confort joue sur le moral des troupes et, bien sûr, leur productivité. Les éléments clés de la tenue du professionnel de santé ?

  • Une tenue pratique qui peut s’adapter à tous les mouvements sans gêner ni craquer ;
  • des manches courtes permettant de se laver les mains facilement ;
  • des chaussures confortables avec un bon maintien… et lavables suite à des projections diverses.

Comment prendre en compte l’effet blouse blanche ?

Les chiffres de l’étude américaine précédemment citée (1) sont révélateurs : la majorité des patients interrogés plébiscitent la blouse blanche. Les médecins qui la portent sont perçus comme plus crédibles et plus dignes de confiance, mais aussi plus accessibles et bienveillants. Le symbole rassure, réconforte, renforce le cadre médical et maintient une distance indispensable entre le soignant et le patient. Il s’agit d’un détail qui change tout pour l’hôpital, puisque la blouse blanche augmente globalement la satisfaction du patient… et pourrait même améliorer la concentration de ceux qui la portent.

Pour la moitié des patients restants, en revanche, la blouse blanche pourrait avoir l’effet inverse. Certains patients associent inconsciemment tenue de santé et anxiété, en particulier dans le cas des médecins – les tenues du métier d’infirmier, qui a une image plus positive, génèrent moins de stress. Résultat ? Des symptômes physiques qui peuvent aller jusqu’à fausser certains relevés en accélérant le rythme cardiaque ou en augmentant la tension artérielle.

La solution ? Le cas par cas, sans pour autant déroger aux contraintes d’hygiène. Le dress code de l’hôpital doit savoir s’adapter au soignant, et le soignant au patient !

La tenue professionnelle est un outil comme un autre… qui vient avec son lot de défis. Si le dress code en hôpital ne soigne pas, il influence considérablement l’image renvoyée par les soignants. Pour les ressources humaines, l’essentiel est de le maîtriser et de savoir comment les collaborateurs peuvent l’utiliser à bon escient !


(1) Institute for Healthcare Policy & Innovation, 2018, What doctors wear really does matter, study finds

Crédit photo : Designed by Freepik

Comment réagir suite à un événement indésirable associé aux soins ?

Transmettre une donnée médicale erronée, se tromper dans le dosage d’un médicament, confondre deux noms de patients… Les événements indésirables associés aux soins (EIAS) ont un impact sur les patients, mais aussi sur les collaborateurs responsables. Comment gérer ces événements quand ils arrivent ? Eléments de réponse.

Formation du personnel soignant : les avantages de la réalité virtuelle

La réalité virtuelle n’est pas l’apanage des gamers : son potentiel éducatif se développe, notamment dans le domaine de la santé. De plus en plus de programmes et d’outils proposent au personnel soignant de se former à travers la réalité virtuelle ou augmentée. Les médecins, infirmiers et chirurgiens de demain peuvent ainsi se confronter sans risque à des situations variées et prendre des décisions difficiles en toute sérénité. Décryptage.

6 exercices pour préserver vos personnels soignants des troubles musculo-squelettiques

Le saviez-vous ? Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont la première cause de maladie professionnelle en France (1) et les personnels soignants sont particulièrement concernés. En plus des mesures mises en place pour prévenir ces problèmes, il existe des exercices à proposer à vos collaborateurs pour les soulager.

Category

Parcours et formations
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image