visuel-employe-boomerang
Le recrutement boomerang : une formule gagnant-gagnant

Connaissez-vous le point commun entre l’ancien patron d’Apple Steve Jobs, le footballeur de Manchester United Paul Pogba, le fondateur et PDG de Twitter Jack Dorsey et l’actionnaire principal de Starbucks, Howard Schultz ? Ils ont tous quitté leur entreprise pour mieux y revenir quelques années plus tard. On parle alors de « salariés boomerang », ou de « recrutement boomerang ». Un phénomène qui se développe depuis quelques années, autant dans les grandes entreprises que les TPE et PME, et qui peut s’avérer gagnant pour toutes les parties.

Recrutement boomerang : une tendance RH en vogue

Le changement des mentalités autour des salariés boomerang a été dicté par l’évolution du marché du travail, de plus en plus transparent et mouvant au fil des années. Alors qu’avant, il était courant de faire toute sa carrière au sein d’une même entreprise, désormais le sentiment d’appartenance et la fidélité des collaborateurs sont moins prégnants. Un salarié quitte son poste au gré des opportunités, des choix de vie, des envies. Et il peut très bien réintégrer une entreprise par laquelle il est déjà passé si l’occasion se présente.

Côté RH, les recruteurs sont confrontés à une rareté de la main-d’œuvre, voire une pénurie sur certains postes. Contexte oblige, donc, l’idée de réembaucher des employés déjà passés par l’entreprise a fait son chemin. Les employés boomerang sont désormais perçus comme un vivier potentiel de talents, au même titre que les autres candidats.

>> À lire aussi : Comment sourcer des candidats de façon efficace

L’effet boomerang vu par les employeurs

Une étude réalisée par le cabinet Zen Business en novembre 2019 (1) donne des chiffres sans équivoque. 90 % des responsables du recrutement sondés envisagent la possibilité de réembaucher un salarié parti de l’entreprise volontairement. Et plus d’un tiers d’entre eux sont très enthousiastes à cette idée.

L’intérêt d’un retour d’un ancien collaborateur est multiple :

  • Cela génère beaucoup moins d’erreurs de recrutement puisque le candidat n’est pas un inconnu ;
  • L’employé revient souvent enrichi de nouvelles compétences acquises au sein d’une autre organisation ou d’un autre poste ;
  • L’entreprise gagne du temps sur l’intégration et l’assimilation des process puisqu’ils sont déjà connus de la recrue.

>> 5 conseils pour bien intégrer un nouveau collaborateur

2 fois par mois, retrouvez toute l’actu RH et les conseils pratiques d’Adecco, dans notre newsletter dédiée aux recruteurs !

L’effet boomerang vu par les employés

Acquérir une nouvelle expérience à l’étranger, reprendre ses études, passer davantage de temps en famille, monter sa propre entreprise, faire un tour du monde ou du bénévolat… De nombreuses raisons peuvent pousser un salarié à quitter son poste de lui-même.

Y revenir quelques années plus tard représente souvent une aubaine pour l’employé boomerang :

  • Il est à l’aise rapidement dans son environnement de travail, car il connaît déjà la culture d’entreprise et certains de ses collègues ;
  • Il peut obtenir un poste plus important ou mieux rémunéré. L’étude Zen Business (1) montre qu’un employé boomerang obtient en moyenne, 20 % d’augmentation par rapport au poste qu’il a abandonné.

Pour que le retour de l’employé fonctionne

Le recrutement boomerang n’est pas une réussite garantie. Pour que cela fonctionne, il existe quelques conditions indispensables. Le gain réciproque en est une. L’employeur doit pouvoir compter sur l’excellence de l’élément réintégré. L’employé, de son côté, doit pouvoir ajouter à son parcours de travail, un jalon essentiel.

Généralement, l’employé boomerang a gardé d’excellentes relations avec ses anciens collègues et managers. Sa période hors de l’entreprise peut d’ailleurs avoir été marquée par des interventions en partenariat ou conseil avec son ancienne équipe. D’où l’importance de se séparer en bons termes de ses collaborateurs, même si leur départ se fait à contrecœur !

On entre là dans la dimension de l’offboarding : organiser, accompagner et cadrer la rupture professionnelle pour qu’elle se passe le mieux possible, c’est aussi préparer un éventuel retour de l’employé, et une manière de préserver sa marque employeur.

Vous voulez optimiser vos méthodes de recrutement, et élargir votre vivier de talents ? Adecco identifie les compétences dont vous avez besoin et sélectionne pour vous les meilleurs candidats, en CDI, CDD, alternance, intérim classique ou CDI intérimaire. Une question ? Rendez-vous dans Mon agence en ligne d’Adecco !

(1) Enquête conduite auprès de 700 salariés et 300 recruteurs en novembre 2019.


Les éléments à connaître sur la durée d’un contrat d’intérim

Recruter en intérim oui, mais comment ? Le travail temporaire permet une certaine flexibilité, notamment parce que la durée du contrat est modulable, mais qu’en est-il de la période d’essai ou du renouvellement ? Toutes les réponses ici.

Prévenir et surmonter les difficultés : quels organismes les TPE-PME peuvent-elles solliciter ?

Difficultés de trésorerie, marge insuffisante, problématiques de gestion du personnel, baisse d’activité… Autant de signaux d’alerte que les TPE-PME ne doivent pas négliger, mais analyser de façon très réactive pour pouvoir rebondir. Cependant, cette nécessité se heurte souvent au manque de temps, de recul, mais aussi à l’isolement de certains chefs d’entreprise. C’est justement pour les soutenir que plusieurs acteurs phares de l’activité économique mettent à leur disposition une palette d’actions et d’interventions afin de les aider à dépasser les moments critiques de leur vie d’entrepreneur.

La GRH repensée à l’heure du Coronavirus

Que leurs entreprises aient suspendu leur activité, qu’elles fonctionnent en mode dégradé ou qu’elles soient au contraire mobilisées tous azimuts pour assurer la continuité de la vie du pays, les acteurs des ressources humaines sont tous aux avant-postes face à cette situation inédite… La gestion de crise, comme les perspectives d’après-crise, mettent en lumière la multi dimensionnalité des responsabilités des professionnels RH et leur rôle pivot dans l’entreprise ; professionnels dont le métier avait encore parfois tendance, jusqu’ici, à être réduit à sa seule expression administrative.

Décryptages
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image