salaires-productivite
Des salaires plus élevés pour plus de productivité

Augmenter les rémunérations favoriserait une meilleure implication des salariés dans l’entreprise. Comment ? Découvrez ici 2 facteurs directement liés au salaire et qui entrent en compte de cette augmentation de la productivité.

1. Diminuer le turnover

Votre entreprise a intérêt, comme toute organisation, à garder un certain équilibre entre les collaborateurs en poste depuis plusieurs années et les nouveaux arrivants. Les premiers connaissent l'entreprise sur le bout des doigts et produisent ainsi plus rapidement tandis que les seconds amènent un regard neuf et donc du renouveau : à chaque expérience ces avantages ! Mais embaucher des nouveaux salariés, cela représente un coût : celui associé au fait d’investir du temps dans la définition des postes, la rédaction des annonces, leur promotion, la recherche de candidats, puis la gestion des aspects administratifs et l’intégration. Alors, comment réduire le turn over ? On constate que des entreprises qui proposent des salaires plus bas que leurs concurrents observent un taux de turnover plus élevé. Mieux vaut donc aligner ses propositions de rémunération avec le marché, voire proposer des montants un peu plus haut que la concurrence. Cela permettra aussi d’attirer des talents plus qualifiés.

>> A lire également : 8 astuces pour booster la productivité du vos équipes

Ne loupez aucune info RH en vous abonnant à la newsletter du blog Adecco !

2. Favoriser le bien-être au travail

Il passe bien sûr par de nombreux facteurs, notamment l’environnement de travail, la relation avec les collègues, l’intérêt pour les projets. Mais pour 47% des personnes interrogées par l’organisme Workforce View in Europe*, le salaire serait LE facteur émotionnel numéro 1 du bien-être au travail. De plus, d’après le Quarterly Journal of Economics (publié par l’université Harvard), une augmentation de 17% de la gratification implique un gain de productivité de 12% ! Pourquoi cette augmentation ? On observe qu’une rémunération plus élevée est souvent associée à une meilleure qualité de vie. Par ailleurs, ce salaire revalorisé favorise la sérénité de vos collaborateurs, libérés d’une charge mentale liée aux problèmes financiers. Cela permet donc en théorie de constater un meilleur rendement et un engagement plus important des salariés. Enfin, en 2015, l’Université de Warwick a démontrée qu’un salarié heureux est en moyenne 12% plus productif que les salariés moyens. Alors à vos porte-monnaie !

>> A lire également, Les 6 éléments les plus sollicités par les candidats envers les entreprises

Nous l’avons vu, le salaire est un moteur de la productivité puisqu’il participe à l’attractivité de l’entreprise, au bien-être au travail ainsi qu’à la fidélisation des talents. Pour être accompagné et conseillé dans vos processus de recrutement, rendez-vous sur Mon Agence En Ligne.

*The Workforce View in Europe 2018 - Etude datant de 2017. L'échantillon étant composé de 9 908 personnes dans huit pays européens.

BD : Recrutement, décoder les soft skills, oui, mais comment ?

L’anglicisme « soft skills », de plus en plus répandu dans le vocabulaire RH, signifie littéralement « compétences douces ». C’est-à-dire ? Tout simplement les savoir-être, les aptitudes et les qualités humaines qui font d’un candidat qualifié un talent accompli et un collaborateur apprécié ! Dans ce 2nd épisode de notre série BD, découvrez avec Chloé, chargée de recrutement, comment les évaluer judicieusement.

Le recrutement boomerang : une formule gagnant-gagnant

Connaissez-vous le point commun entre l’ancien patron d’Apple Steve Jobs, le footballeur de Manchester United Paul Pogba, le fondateur et PDG de Twitter Jack Dorsey et l’actionnaire principal de Starbucks, Howard Schultz ? Ils ont tous quitté leur entreprise pour mieux y revenir quelques années plus tard. On parle alors de « salariés boomerang », ou de « recrutement boomerang ». Un phénomène qui se développe depuis quelques années, autant dans les grandes entreprises que les TPE et PME, et qui peut s’avérer gagnant pour toutes les parties.

La fonction RH en PME : quelles stratégies et quels outils ?

Dans les TPE et PME, la gestion du personnel est souvent menée de manière pragmatique et informelle par… le chef d’entreprise lui-même ! Une solution qui montre parfois ses limites, d’autant que la fonction RH a des enjeux tout aussi stratégiques pour une multinationale que pour une petite structure. Et si vous lui donniez une nouvelle envergure en adoptant les bons outils ?

CATÉGORIES

Décryptages , Conseils pratiques
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image