CDD saisonnier : mode d’emploi

Dans la famille des CDD, je demande : le contrat saisonnier ! Pensé pour s’adapter aux aléas d’activité des entreprises soumises à des contraintes extérieures fortes et régulières, il offre une vraie souplesse… en étant toutefois bien encadré, notamment depuis la loi El Khomeri de 2016 qui l’a enfin légalement défini.

Embaucher en contrat « saisonnier » : de quoi parle-t-on vraiment ?


Par définition, le travail dit « saisonnier » vise à assurer des tâches qui se caractérisent par une répétition, plus ou moins aux mêmes périodes chaque année, en fonction du rythme des saisons climatiques et/ou des usages sociaux qui y sont associés. Pour y répondre, des contrats peuvent dès lors être conclus chaque année avec le même salarié, sans limites.

Les secteurs principalement concernés sont :

  • l’agriculture ;
  • les industries agro-alimentaires (conditionnement et préparation des produits agricoles) ;
  • l’hôtellerie et la restauration ;
  • les différentes activités de tourisme.

Autre critère important : la variation d’activité doit être absolument indépendante de la volonté de l’employeur et des salariés. Exemple : une entreprise n’ouvrant que 6 mois dans l’année, et recrutant le même salarié sur toute sa durée d’ouverture, ne peut se prévaloir à ce seul titre des libéralités du CDD saisonnier. Le salarié doit occuper un poste véritablement provisoire, qui ne satisfasse pas un besoin d’emploi de l’entreprise imposé par des circonstances extérieures à celle-ci.

>> À lire aussi : Le top 10 des métiers les plus impactés par l’emploi saisonnier

>> Retrouvez deux fois par mois nos conseils et nos synthèses d’actualité en vous abonnant à la newsletter Adecco !

De la flexibilité contractuelle, pour s’adapter aux aléas des activités saisonnières


Lorsque les salariés sont embauchés en CDD saisonnier, leur contrat peut ne pas prévoir de date d’échéance précise. Il s’agit de laisser à l’employeur une marge de manœuvre face à des réalités saisonnières souvent différentes d’une année à l’autre : récolte plus tardive que prévu, fermeture d’une remontée mécanique anticipée du fait du manque de neige, etc. Le contrat doit toutefois prévoir une durée d’emploi minimale, et préciser qu’il est conclu jusqu’à la fin de la saison.

À la différence d’un CDD classique, d’un CDD de remplacement ou d’un contrat intérimaire, le contrat saisonnier ouvre des droits spécifiques au salarié concerné :

  • le CDD saisonnier est possiblement reconductible, mais il l’est de droit si le salarié a réalisé au moins deux saisons consécutives dans la même entreprise (et si l’entreprise dispose toujours d’un poste saisonnier à qualification identique à pourvoir les années suivantes).
  • en matière de calcul d’ancienneté, ses différents contrats saisonniers avec une même entreprise sont considérés comme successifs, même s’ils sont espacés de plusieurs mois.

>> À lire aussi : CDD ou intérim, comment choisir un contrat court ?

Ces dispositions s’appliquent à 17 secteurs particulièrement concernés par l’emploi saisonnier, sauf dispositions conventionnelles contraires.


Besoin de main-d’œuvre complémentaire pour faire face à un pic d’activité saisonnier ou à un imprévu ? Nos conseillers Adecco vous aident à choisir le régime contractuel de recrutement le plus approprié à votre situation, et vous accompagnent pour trouver le candidat idéal, en CDI, CDD, alternance, intérimaire ou CDI intérimaire. Pour en savoir plus, connectez-vous à Mon Agence En Ligne.


Recruter en TPE/PME (ép. 5) : comment bien intégrer votre nouveau collaborateur ?

Après un (plus ou moins) long processus de recrutement dont chaque étape a été guidée par nos précédents épisodes dédiés aux enjeux du recrutement dans les (très) petites et moyennes entreprises, votre nouveau salarié va enfin faire son entrée dans votre équipe. Attention, à l’heure où les collaborateurs n’hésitent plus à changer d’employeur, surtout durant les premiers mois de leurs contrats, la phase d’intégration d’un nouveau collaborateur, que l’on nomme également onboarding, est devenue un véritable enjeu de performance.

3 conseils pour recruter sans discriminer

La plupart du temps inconscients, les automatismes et les représentations participent à faire peser des risques de discrimination sur le recrutement. Aujourd’hui encore, les discriminations impactent fortement l’accès à l’emploi de certains profils… mais aussi la performance des entreprises qui passent, ainsi, à côté de talents aux compétences pourtant recherchées. Découvrez nos 3 conseils pour ouvrir le recrutement à la diversité !

Recruter en TPE-PME (ép.4) : comment contractualiser ?

Vous y voilà ! Il ne reste plus qu’à finaliser l’arrivée de votre nouveau collaborateur, puisqu’en ayant suivi nos précédents épisodes sur le recrutement des (très) petites et moyennes entreprises, vous avez réussi à l’attirer et le sélectionner. Pour autant, tout n’est pas terminé : avant de l’intégrer dans l’entreprise, vous devez contractualiser votre accord. Une étape à réaliser sans précipitation…

Category

Conseils pratiques
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image