Que faut-il penser de la méditation en entreprise ?

Google l’a fait, nombre d’entreprises ont suivi (1). Pourtant, la question reste posée : la méditation en entreprise est-elle un véritable atout de qualité de vie au travail ? Ou plutôt une tendance aux conséquences sous-estimées ? Pas facile de trancher... Regardons de plus près les inconvénients et les avantages de la méditation en entreprise !

Les avantages de la méditation en entreprise

De nombreux chefs d’entreprises, managers ou salariés sont prêts à chanter les louanges de la méditation au travail. Et pour cause…

1/ La méditation réduit le niveau de stress

La pleine conscience, favorisée lors de la méditation, ne manque pas de bienfaits en matière de bien-être : de grands hôpitaux à travers le monde ont intégré la méthode à leurs thérapies –  dans des cas de dépression comme de stress post-traumatique (2).

Ces bienfaits peuvent également s’appliquer dans le cadre professionnel : méditer au travail permettrait d’améliorer le bien-être personnel, mais aussi général en allégeant l’ambiance. Et cela participerait même, en conséquence, à la prévention des pathologies professionnelles !

2/ Méditer favorise l’écoute active

L’un des avantages de la méditation est de développer l’écoute active. Et cette dernière est un outil essentiel à la communication, largement plébiscité mais rarement mis en pratique. Or, sans communication bienveillante, pas de management efficace, ni d’ambiance positive, encore moins d’échanges constructifs…

Découvrez aussi le portrait-robot du manager bienveillant !

3/ La méditation influence les performances

Pratiquer la méditation apprend le recul et la réflexion, deux choses qui valent de l’or à l’heure de prendre une décision, de résoudre un problème ou de trouver une idée hors des sentiers battus… Par la même occasion, cela améliore les capacités de concentration. Conclusion, les salariés sont naturellement plus efficaces et épanouis !

Les inconvénients de la méditation en entreprise

Si les bienfaits de la méditation font l’unanimité, sa place en entreprise ferait plutôt des vagues. Et pour cause…

1/ Gare à la tendance !

Méditer est une activité en vogue, parfois adoptée sans questionnement de fond. Pourtant, l’expérience demeure avant tout personnelle : chacun doit la mener à sa façon, les résultats ne seront pas les mêmes pour tous et certains ne s’y retrouveront pas. Donnez l’occasion de la pratiquer, sans l’imposer !

2/ La méditation n’est pas forcément anodine, encore moins facile

L’observation des émotions, et donc des fragilités, peut toucher la corde sensible ou même réveiller des traumatismes. Par ailleurs, il ne s’agit pas de s’asseoir sur un coussin en attendant le gong ! Une pratique productive peut nécessiter une approche guidée, avec un accompagnant formé.

3/ La méditation doit être pratiquée pour de bonnes raisons

Oui, la méditation peut aider à réduire le stress, mais non, elle ne doit pas masquer les mauvaises pratiques en cours dans une entreprise. Il s’agit d’un soutien qui peut être proposé aux employés, en aucun cas d’une fuite pour ceux qui souffrent ou d’un objectif imposé à réaliser !

Méditera, méditera pas ? Si les valeurs véhiculées par la méditation en entreprise peuvent être utiles, méditer n’est pas la seule et unique façon de les transmettre. Et, malgré ses bienfaits, la méditation oscille entre avantages et inconvénients… Alors, à chaque entreprise son choix !

(1) Huffington post, Chade-Meng Tan, un sage chez Google, 2014 (2) Capital, La méditation envahit l’entreprise, 2017

Contactez-nous

Crédit photo : Designed by yanalya / Freepik

Intelligence émotionnelle : un nouveau test indispensable au recrutement

L’intelligence émotionnelle, vous connaissez ? Il s’agit de l’une de ces fameuses compétences douces (ou « soft skills ») qui confèrent une forte valeur ajoutée professionnelle, au-delà des seules compétences techniques. Une personne dotée d’intelligence émotionnelle est ainsi capable d’identifier les émotions, chez elle comme chez autrui, et d’élaborer une réaction appropriée. Des aptitudes dont l’évaluation s’avère essentielle lors du recrutement.

Recruter en alternance : une stratégie RH porteuse de sens

En janvier 2019, près de 263 000 salariés travaillaient sous contrat de professionnalisation, et presque 450 000 sous contrat d’apprentissage (1). Des chiffres qui augmentent significativement : depuis 2017, on enregistre une évolution de + 16 % pour les contrats de professionnalisation, et de + 7 % pour l’apprentissage. L’alternance séduit donc de plus en plus les employeurs à la recherche de nouveaux talents… et pour de bonnes raisons  !

Prêt et mutualisation de main-d’œuvre : les conditions du recrutement collaboratif

Transport, hébergement, loisirs… Les codes des différents secteurs de la consommation ont été bouleversés ces dernières années par la montée en charge du nouveau référentiel collaboratif. Et le monde du recrutement et de la gestion des ressources humaines ne fait pas exception ! Partager, mutualiser, coopérer : voici les maîtres-mots d’une nouvelle logique qui séduit de plus en plus les employeurs en quête de profils en pénurie et de souplesse contractuelle. Sous quelles modalités concrètes ? Explications.

Category

Décryptages
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image