Que faut-il penser de la méditation en entreprise ?

Google l’a fait, nombre d’entreprises ont suivi (1). Pourtant, la question reste posée : la méditation en entreprise est-elle un véritable atout de qualité de vie au travail ? Ou plutôt une tendance aux conséquences sous-estimées ? Pas facile de trancher... Regardons de plus près les inconvénients et les avantages de la méditation en entreprise !

Les avantages de la méditation en entreprise

De nombreux chefs d’entreprises, managers ou salariés sont prêts à chanter les louanges de la méditation au travail. Et pour cause…

1/ La méditation réduit le niveau de stress

La pleine conscience, favorisée lors de la méditation, ne manque pas de bienfaits en matière de bien-être : de grands hôpitaux à travers le monde ont intégré la méthode à leurs thérapies –  dans des cas de dépression comme de stress post-traumatique (2).

Ces bienfaits peuvent également s’appliquer dans le cadre professionnel : méditer au travail permettrait d’améliorer le bien-être personnel, mais aussi général en allégeant l’ambiance. Et cela participerait même, en conséquence, à la prévention des pathologies professionnelles !

2/ Méditer favorise l’écoute active

L’un des avantages de la méditation est de développer l’écoute active. Et cette dernière est un outil essentiel à la communication, largement plébiscité mais rarement mis en pratique. Or, sans communication bienveillante, pas de management efficace, ni d’ambiance positive, encore moins d’échanges constructifs…

Découvrez aussi le portrait-robot du manager bienveillant !

3/ La méditation influence les performances

Pratiquer la méditation apprend le recul et la réflexion, deux choses qui valent de l’or à l’heure de prendre une décision, de résoudre un problème ou de trouver une idée hors des sentiers battus… Par la même occasion, cela améliore les capacités de concentration. Conclusion, les salariés sont naturellement plus efficaces et épanouis !

Les inconvénients de la méditation en entreprise

Si les bienfaits de la méditation font l’unanimité, sa place en entreprise ferait plutôt des vagues. Et pour cause…

1/ Gare à la tendance !

Méditer est une activité en vogue, parfois adoptée sans questionnement de fond. Pourtant, l’expérience demeure avant tout personnelle : chacun doit la mener à sa façon, les résultats ne seront pas les mêmes pour tous et certains ne s’y retrouveront pas. Donnez l’occasion de la pratiquer, sans l’imposer !

2/ La méditation n’est pas forcément anodine, encore moins facile

L’observation des émotions, et donc des fragilités, peut toucher la corde sensible ou même réveiller des traumatismes. Par ailleurs, il ne s’agit pas de s’asseoir sur un coussin en attendant le gong ! Une pratique productive peut nécessiter une approche guidée, avec un accompagnant formé.

3/ La méditation doit être pratiquée pour de bonnes raisons

Oui, la méditation peut aider à réduire le stress, mais non, elle ne doit pas masquer les mauvaises pratiques en cours dans une entreprise. Il s’agit d’un soutien qui peut être proposé aux employés, en aucun cas d’une fuite pour ceux qui souffrent ou d’un objectif imposé à réaliser !

Méditera, méditera pas ? Si les valeurs véhiculées par la méditation en entreprise peuvent être utiles, méditer n’est pas la seule et unique façon de les transmettre. Et, malgré ses bienfaits, la méditation oscille entre avantages et inconvénients… Alors, à chaque entreprise son choix ! Besoin de plus de conseils pratiques sur la vie en entreprise ? Inscrivez-vous à la newsletter du blog Adecco ! Et pour tous vos besoins de recrutement : 

Contactez-nous


(1) Huffington post, Chade-Meng Tan, un sage chez Google, 2014 (2) Capital, La méditation envahit l’entreprise, 2017
Crédit photo : Designed by yanalya / Freepik

Prévenir et surmonter les difficultés : quels organismes les TPE-PME peuvent-elles solliciter ?

Difficultés de trésorerie, marge insuffisante, problématiques de gestion du personnel, baisse d’activité… Autant de signaux d’alerte que les TPE-PME ne doivent pas négliger, mais analyser de façon très réactive pour pouvoir rebondir. Cependant, cette nécessité se heurte souvent au manque de temps, de recul, mais aussi à l’isolement de certains chefs d’entreprise. C’est justement pour les soutenir que plusieurs acteurs phares de l’activité économique mettent à leur disposition une palette d’actions et d’interventions afin de les aider à dépasser les moments critiques de leur vie d’entrepreneur.

Le recrutement boomerang : une formule gagnant-gagnant

Connaissez-vous le point commun entre l’ancien patron d’Apple Steve Jobs, le footballeur de Manchester United Paul Pogba, le fondateur et PDG de Twitter Jack Dorsey et l’actionnaire principal de Starbucks, Howard Schultz ? Ils ont tous quitté leur entreprise pour mieux y revenir quelques années plus tard. On parle alors de « salariés boomerang », ou de « recrutement boomerang ». Un phénomène qui se développe depuis quelques années, autant dans les grandes entreprises que les TPE et PME, et qui peut s’avérer gagnant pour toutes les parties.

La GRH repensée à l’heure du Coronavirus

Que leurs entreprises aient suspendu leur activité, qu’elles fonctionnent en mode dégradé ou qu’elles soient au contraire mobilisées tous azimuts pour assurer la continuité de la vie du pays, les acteurs des ressources humaines sont tous aux avant-postes face à cette situation inédite… La gestion de crise, comme les perspectives d’après-crise, mettent en lumière la multi dimensionnalité des responsabilités des professionnels RH et leur rôle pivot dans l’entreprise ; professionnels dont le métier avait encore parfois tendance, jusqu’ici, à être réduit à sa seule expression administrative.

Décryptages
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image