Rejet de candidature et marque employeur : nos conseils
Rejet de candidature : comment s’y prendre ?

Le rejet de candidatures est une étape souvent désagréable, mais pourtant inévitable pour tout recruteur. Mais saviez-vous que celle-ci peut se transformer en expérience bénéfique ? Découvrez trois conseils pour rejeter une candidature tout en préservant votre marque employeur !

1/ Adaptez votre argumentaire à l’étape du recrutement

Le recrutement est une compétition dont tout le monde ne peut pas sortir gagnant. Et les postulants le savent bien : ils ne demandent pas l’impossible – être pris à tous les coups –, mais simplement un minimum d’information en cas de rejet de leur candidature. Ne serait-ce que par le biais d’un mail !

Toutefois, dans un souci d’efficacité, votre argumentaire ne peut pas être le même pour toutes les étapes du recrutement. Vous passerez nécessairement plus de temps à répondre à un candidat finaliste que vous avez rencontré lors d’un entretien qu’à un candidat que vous écartez lors de la phase de tri des CV.

Dans l’idéal, apportez une réponse à chaque postulant ayant – au moins – pris le temps de faire un CV et une lettre de motivation correcte. Et affinez vos réponses au fur et à mesure de votre avancée dans la campagne de recrutement.

2/ Mail ou téléphone, choisissez le canal le plus pertinent

En cas de rejet de candidature, la parole vaut toujours mieux que le mutisme. Votre silence risque d’être impardonnable aux yeux des postulants, qui pourraient ne jamais revenir vers votre entreprise, voire la déconseiller.

A minima, adressez donc un mail de rejet à chacun, alimenté de quelques lignes motivant votre décision. Faites-le notamment pour ceux qui vous ont contacté par ce biais, lors d’une candidature spontanée ou de la première phase du recrutement.

Dès lors qu’un contact – vocal ou de visu – a été établi entre le postulant et vous, par exemple lors d’un premier entretien, mieux vaut décrocher votre téléphone. C’est la démarche la plus « pro » et la plus appréciée en cas de rejet de candidature. D’autant plus que cela vous donne l’opportunité d’indiquer les raisons de votre refus et d’adopter une démarche constructive pour le candidat. Celui-ci peut ainsi en profiter pour rebondir et se renseigner sur des pistes d’amélioration.

3/ Faites un retour constructif pour chaque rejet de candidature

Même emballée dans un beau papier cadeau, une mauvaise nouvelle reste une mauvaise nouvelle. Mais il y a des rejets plus faciles à accepter, et plus utiles que d’autres : quand ils sont clairs, honnêtes, positifs et constructifs.

Oubliez les formules convenues et les phrases mille fois répétées. Un postulant rejeté se doute bien que son profil ne correspond pas aux critères ou qu’une autre personne a été choisie. Faites donc en sorte que ce retour soit aussi franc qu’utile : listez les points forts du candidat tout en dégageant les axes d’amélioration. Et appuyez-vous toujours sur des termes positifs : ce n’est pas lui qui ne correspond pas au poste, mais l’autre qui est encore meilleur !

Enfin, laissez systématiquement une porte ouverte. Précisez au candidat qu’il est encouragé à postuler de nouveau un peu plus tard ou que vous conservez son CV pour une autre occasion, voire pour un autre poste. Surtout, ne raccrochez pas sur une note négative !

Retrouvez également nos 4 conseils pour mieux recruter cet été

Savoir rejeter une candidature est aussi important que savoir embaucher. L’absence de réponse, la maladresse dans la formulation ou l’incompréhension du candidat peuvent avoir des conséquences fâcheuses sur votre marque employeur. Appliquez ces quelques conseils pour garantir une bonne expérience candidat ! Pour être aidé dans votre processus de recrutement, rendez-vous sur Mon Agence En Ligne

Crédit photo : Shutterstock / Prostock-studio

TPE-PME : comment encadrer le télétravail de vos collaborateurs dans la confiance

Le développement soudain du travail à distance, imposé par la crise sanitaire au niveau mondial, a bouleversé les pratiques managériales de nombreuses entreprises. Pour y faire face, certaines TPE-PME ont cherché de nouveaux moyens d’encadrement automatisé de leurs salariés. Pour preuve, les intentions d’achat de logiciels de surveillance ont enregistré un score record en mars 2020, 500 fois supérieur à celui de l’année précédente (1) ! Une tendance qui interroge, dans une période où la motivation des salariés semble devoir être soutenue avant tout par un management de proximité et un dialogue social de qualité.

Fédérer et motiver vos collaborateurs : une priorité !

Dans un contexte de reprise difficile, les inquiétudes des salariés sont nombreuses : comment trouver le bon équilibre entre télétravail et présence au bureau, réorganiser efficacement ses tâches, gérer le stress face à la conjoncture économique... Il est donc vital de les rassurer et de les fédérer autour d’une stratégie réaliste et transparente, afin que tous entament le dernier trimestre 2020 dans les meilleures conditions. Car générer enthousiasme et motivation des salariés, c’est aussi encourager les performances de l’entreprise !

5 conseils pour réussir la rentrée de votre TPE-PME

La rentrée 2020 est lourde d’enjeux pour toutes les entreprises, dont le rythme, l’équilibre économique, et souvent le moral, ont été mis à rude épreuve par la crise sanitaire du Coronavirus. Comment reprendre la main efficacement et relancer votre TPE-PME sur les chapeaux de roues ? Comment projeter un plan d’action performant pouvant propulser votre activité au cours du dernier trimestre 2020 ? Pour ne pas vous laisser déborder, suivez nos conseils pour une rentrée dynamique et porteuse d’avenir !

Conseils pratiques
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image