Reverse mentoring : le mentorat inversé en 3 points
Reverse mentoring : la formation inversée en 3 points

Nouvelle opportunité de formation en entreprise, le reverse mentoring rapproche collaborateurs expérimentés et jeunes salariés. Les générations Y et / ou Z forment la génération X, et vice-versa. Au cœur de la coopération intergénérationnelle, cet échange de compétences est un nouveau pilier de l’accompagnement des collaborateurs. Chez Adecco, nous avons à cœur d’en explorer toutes les possibilités !

Le reverse mentoring, une nouvelle façon de former

Tout est dans le titre : le reverse mentoring, ou mentorat inversé, consiste à affecter un jeune mentor débutant à un collaborateur expérimenté, plutôt qu’un mentor expérimenté à un jeune salarié. Vous pensez à la formation aux réseaux sociaux, par exemple ? Pas forcément : les jeunes salariés en question sortent généralement de formation et peuvent sensibiliser leurs aînés aux nouvelles tendances. Ils peuvent aussi simplement apporter une vision neuve.

Le reverse mentoring, une formation gagnante-gagnante

Le choc des générations est une expérience à double sens. En reverse mentoring, mentor et mentoré engagent un véritable dialogue, aussi enrichissant pour l’un que pour l’autre.

Le mentoré a l’occasion de découvrir de nouvelles compétences, mais également les codes d’une nouvelle génération. Autrement dit ? Il appréhende une nouvelle façon de communiquer, de manager, voire même une nouvelle culture d’entreprise.

Le collaborateur débutant, lui, gagne en confiance, en expérience, en connaissances, et profite d’un potentiel accélérateur de carrière. Par la même occasion, une expérience réussie rebat les cartes de l’entreprise en instaurant de nouveaux rapports intergénérationnels et une culture plus collaborative.

Le reverse mentoring, un moyen de faire la différence

Attention, il ne s’agit pas d’expédier le stagiaire dans le bureau d’un cadre pour remporter le pari. Un reverse mentoring réussi nécessite une volonté de part et d’autre, une bonne dose de pédagogie côté mentor et une tout aussi importante bonne volonté côté mentoré.

Pour commencer, définissez les besoins du collaborateur expérimenté : formation, perfectionnement ? Choisissez ensuite le mentor qui saura y répondre et offrez-lui… une courte formation, notamment pour la pédagogie ! Enfin, cadrez le nombre de séances, leur durée – de préférence courte – puis lancez les participants et admirez.

Découvrez également comment choisir la bonne formation pour ses collaborateurs

L’exemple de CEO for One Month

Lancée par les grands groupes, notamment pour former leurs dirigeants aux outils digitaux, la formule du reverse mentoring se propage et tout collaborateur expérimenté peut potentiellement être formé par un junior, peu importe le contexte.

The Adecco Group va plus loin avec l’expérience CEO for One Month. Le principe ? Au terme d’un processus de recrutement mené tambour battant, un valeureux candidat se voit propulsé aux côtés de Christophe Catoir, Président France de The Adecco Group, qu’il accompagne de rendez-vous client en comité de direction.

Une expérience plébiscitée par les anciens participants autant que par Christophe Catoir en personne : « C’est pour moi une grande source d’inspiration, l’opportunité de côtoyer un jeune talent et de bénéficier pendant quatre semaines de ses idées et de son regard neuf, celui de sa génération, sur une entreprise comme la nôtre. »

Aussi curieux que fructueux, le reverse mentoring peut contribuer à la progression de vos collaborateurs. Mieux, il peut transformer la culture d’une entreprise en profondeur, créant des ponts entre les âges et les étages ! Pour en savoir plus sur l'accompagnement d'Adecco concernant vos formations, rendez-vous sur Adecco Training

Crédit photo : Designed by Freepik

Prévenir et surmonter les difficultés : quels organismes les TPE-PME peuvent-elles solliciter ?

Difficultés de trésorerie, marge insuffisante, problématiques de gestion du personnel, baisse d’activité… Autant de signaux d’alerte que les TPE-PME ne doivent pas négliger, mais analyser de façon très réactive pour pouvoir rebondir. Cependant, cette nécessité se heurte souvent au manque de temps, de recul, mais aussi à l’isolement de certains chefs d’entreprise. C’est justement pour les soutenir que plusieurs acteurs phares de l’activité économique mettent à leur disposition une palette d’actions et d’interventions afin de les aider à dépasser les moments critiques de leur vie d’entrepreneur.

Le recrutement boomerang : une formule gagnant-gagnant

Connaissez-vous le point commun entre l’ancien patron d’Apple Steve Jobs, le footballeur de Manchester United Paul Pogba, le fondateur et PDG de Twitter Jack Dorsey et l’actionnaire principal de Starbucks, Howard Schultz ? Ils ont tous quitté leur entreprise pour mieux y revenir quelques années plus tard. On parle alors de « salariés boomerang », ou de « recrutement boomerang ». Un phénomène qui se développe depuis quelques années, autant dans les grandes entreprises que les TPE et PME, et qui peut s’avérer gagnant pour toutes les parties.

La GRH repensée à l’heure du Coronavirus

Que leurs entreprises aient suspendu leur activité, qu’elles fonctionnent en mode dégradé ou qu’elles soient au contraire mobilisées tous azimuts pour assurer la continuité de la vie du pays, les acteurs des ressources humaines sont tous aux avant-postes face à cette situation inédite… La gestion de crise, comme les perspectives d’après-crise, mettent en lumière la multi dimensionnalité des responsabilités des professionnels RH et leur rôle pivot dans l’entreprise ; professionnels dont le métier avait encore parfois tendance, jusqu’ici, à être réduit à sa seule expression administrative.

Décryptages
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image