Pour recruter dans l'aéronautique, pensez au secteur automobile !
Aéronautique et automobile : des métiers et des compétences à partager

Le secteur de l’aéronautique fait face à une importante pénurie de profils qualifiés, à de nombreux niveaux et différents types de postes. Pourtant, le secteur crée de l’emploi. Alors, comment assurer le recrutement dans l’aéronautique ? Et si le secteur automobile venait au secours de son « cousin » aéronautique ? Car oui, des passerelles existent. Adecco fait le point !

Secteur de l’aéronautique : du plomb dans l’aile ?

Le secteur aéronautique français est particulièrement dynamique : en 2016, son chiffre d’affaires total a atteint 60,4 milliards d’euros (+ 4,1 % par rapport à 2015) selon le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas). 10 000 embauches ont été réalisées, dont 2 000 créations nettes d’emplois (1). Cette tendance devrait se confirmer en 2017 : les carnets de commandes sont pleins pour les cinq prochaines années et l’emploi devrait – au moins ! – rester stable.

Malgré cela, la filiale de l’aéronautique fait face à une certaine pénurie : on manque d’ouvriers de production, de techniciens, de commerciaux, d’ingénieurs… La cause ? Un marché en phase d’industrialisation – et moins de conception – avec des filières parfois décriées voire sous-valorisées qui n’attirent plus les profils les mieux qualifiés. Résultat ? Ce secteur qui devrait être attractif – d’autant plus que les missions peuvent être assez longues, de l’ordre de 18 mois – ne l’est pas pour les candidats.

Retrouvez les tendances de l’aéronautique à Bordeaux et analysez votre bassin d’emploi !

De l’automobile à l’aéronautique, il n’y a qu’un pas

Quand on parle de recrutement dans l’aéronautique, une question est donc incontournable : comment remédier à cette pénurie de talents qualifiés ?

La réponse se trouve peut-être dans le secteur automobile. Ce dernier faisant de plus en plus appel à des technologies de pointe, laissant autant de place à l’électronique et à la programmation qu’à la mécanique pure, les points de convergence avec l’aéronautique sont nombreux.

Des profils liés à des métiers techniques du secteur automobile (conception et fabrication de systèmes embarqués, mécanique, électromécanique…) peuvent ainsi rejoindre les rangs de l’aéronautique avec une réelle efficacité !

Aéronautique : comment recruter efficacement dans le secteur automobile ?

Pour recruter des collaborateurs dans le secteur aéronautique en se tournant vers celui de l’automobile, il faut tout d’abord lister les profils dont votre entreprise a besoin et les compétences associées. Par exemple :

  • les technico-commerciaux et leur sens de la négociation allié à un solide bagage technique ;
  • les ingénieurs et leur appétence pour les défis technologiques ;
  • les ouvriers qualifiés et leur savoir-faire particulier ;
  • les développeurs et leurs connaissances en langages de programmation, etc.

Vient ensuite le moment de sélectionner les candidats pour ces postes pénuriques. Voici quelques points à ne pas négliger pour un recrutement efficace.

  • La mobilité professionnelle et sectorielle s’accompagne parfois d’une mobilité géographique, d’autant plus que l’automobile et l’aéronautique sont des secteurs cycliques (qui connaissent des pics – lors de la sortie d’un nouveau véhicule, par exemple ! – et des creux de production). Il faut que le candidat soit prêt à changer de ville pour les besoins de son métier.
  • Il est important de vérifier l’adaptabilité et la motivation des candidats. En passant d’un secteur à l’autre, ils apprendront de nouvelles règles, de nouveaux enjeux et de nouvelles normes. Un bon entretien est essentiel : sont-ils capables de s’adapter à des impératifs différents ?
  • Pour qu’ils s’habituent parfaitement à leur nouveau secteur d’activité, les candidats retenus doivent être bien accompagnés. Il convient d’être réactif afin de ne créer aucune frustration ou déception !

La formation, ou l’art de créer des profils pénuriques

Et s’il était possible, pour remédier au manque de profils qualifiés dans l’aéronautique, de se tourner vers la formation ?

Miser sur l’alternance intérimaire est une solution efficace pour trouver les profils pénuriques tant recherchés. C’est d’ailleurs l’objectif de la Grande école de l’alternance, qui accompagne des professionnels de différents secteurs – comme l’automobile – vers les métiers de l’aéronautique, entre autres !

Avec des enseignements techniques et concrets associés à un temps précieux en entreprise, les alternants gagnent en efficacité, en adaptabilité et en compétences. Et l’onboarding est facile pour ces nouveaux collaborateurs qualifiés !

Découvrez aussi 8 bonnes raisons d’embaucher en alternance intérimaire

L’aéronautique et l’automobile sont deux secteurs qui ont des points communs et peuvent bien simplifier le recrutement. Reste à prendre le temps de bien sélectionner les candidats, en fonction de leurs compétences mais aussi – et surtout – de leur savoir être. Enfin, en cas de pénurie importante, la formation et l’alternance permettent de débusquer les talents qui manquent à votre équipe !

Merci à Denis Crouvezier, Chargé de développement commercial chez Adecco France / Onsite Solutions, pour sa collaboration sur cet article.

(1) Gifas, Résultats 2016 de la profession

Crédit photo : Pixabay / Holgi

Prévenir et surmonter les difficultés : quels organismes les TPE-PME peuvent-elles solliciter ?

Difficultés de trésorerie, marge insuffisante, problématiques de gestion du personnel, baisse d’activité… Autant de signaux d’alerte que les TPE-PME ne doivent pas négliger, mais analyser de façon très réactive pour pouvoir rebondir. Cependant, cette nécessité se heurte souvent au manque de temps, de recul, mais aussi à l’isolement de certains chefs d’entreprise. C’est justement pour les soutenir que plusieurs acteurs phares de l’activité économique mettent à leur disposition une palette d’actions et d’interventions afin de les aider à dépasser les moments critiques de leur vie d’entrepreneur.

Le recrutement boomerang : une formule gagnant-gagnant

Connaissez-vous le point commun entre l’ancien patron d’Apple Steve Jobs, le footballeur de Manchester United Paul Pogba, le fondateur et PDG de Twitter Jack Dorsey et l’actionnaire principal de Starbucks, Howard Schultz ? Ils ont tous quitté leur entreprise pour mieux y revenir quelques années plus tard. On parle alors de « salariés boomerang », ou de « recrutement boomerang ». Un phénomène qui se développe depuis quelques années, autant dans les grandes entreprises que les TPE et PME, et qui peut s’avérer gagnant pour toutes les parties.

La GRH repensée à l’heure du Coronavirus

Que leurs entreprises aient suspendu leur activité, qu’elles fonctionnent en mode dégradé ou qu’elles soient au contraire mobilisées tous azimuts pour assurer la continuité de la vie du pays, les acteurs des ressources humaines sont tous aux avant-postes face à cette situation inédite… La gestion de crise, comme les perspectives d’après-crise, mettent en lumière la multi dimensionnalité des responsabilités des professionnels RH et leur rôle pivot dans l’entreprise ; professionnels dont le métier avait encore parfois tendance, jusqu’ici, à être réduit à sa seule expression administrative.

Category

Décryptages
ADD_COMMENT
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image