L’industrie 4.0 et la pénibilité au travail
[Édito] L’industrie 4.0 et la pénibilité au travail

L’arrivée du numérique et son déploiement progressif dans le secteur industriel ont modifié en profondeur la façon dont les femmes et les hommes travaillent au quotidien. Les métiers eux-mêmes ont évolué : ils demandent plus de compétences, requièrent moins d’efforts et reposent sur une indispensable adaptabilité. À quel point ? Parlons-en !

Industrie 4.0 : qu’est-ce que c’est ?

Depuis les années 1980-1990, l’industrie n’a cessé de s’informatiser et d’évoluer à l’aide de l’innovation. Plus qu’une révolution, l’industrie 4.0 est donc une suite logique, attendue et espérée, pour simplifier le quotidien de celles et ceux qui y travaillent.

En effet, l’arrivée des nouvelles technologies a fluidifié toutes les transmissions. Les lignes de production, modernisées à grands coups de robotisation, d’objets connectés et de capteurs, ont gagné en efficacité. Le fonctionnement même de ces lieux a changé, avec l’arrivée de l’impression 3D, des simulateurs, de l’intelligence artificielle, de la prédiction via le Big Data et de la digitalisation de la supply chain.

Vous vous demandez quelles en sont les conséquences, concrètement ?

  • La possibilité de réduire la pénibilité au travail, notamment pour la manutention : les robots peuvent s’occuper des charges les plus lourdes.
  • Les douleurs chroniques s’amoindrissent : les exosquelettes décuplent les forces des travailleurs et des travailleuses.
  • Le stress est réduit grâce à un gain de temps au quotidien. Lorsque l’on envisage de lancer un nouveau produit, par exemple, il n’est plus impératif de monter un prototype en usine : il peut être simulé grâce à un programme de réalité virtuelle.
  • Le Big Data et les capteurs permettent également d’anticiper la maintenance, contribuant ainsi à la réduction des situations complexes à gérer – que ce soit en termes d’effort physique (le démontage d’une machine en panne n’étant jamais une partie de plaisir…) ou de stress (celui du manager qui voit son outil de production s’arrêter).

Les conséquences de l’industrie 4.0 sur le recrutement

Chez Adecco, nous avons compris que l’irruption du « 4.0 » dans le secteur industriel allait impulser une nouvelle stratégie RH, que ce soit dans la gestion des compétences ou dans le recrutement.

Aujourd’hui, les profils demandés sont différents : ils sont plus experts, spécialisés, disposant de compétences précises en ingénierie. Il est donc indispensable de veiller à l’évolution des collaborateurs et à leur montée en compétences. Cela passe par des plans de formation, incontournables pour acquérir de nouveaux réflexes – postures et agilité intellectuelle – et pour apprendre de nouvelles tâches, moins répétitives et à plus forte valeur ajoutée.

L’industrie 4.0 impose ainsi à l’entreprise un travail d’analyse pour répondre à une question cruciale : les collaborateurs présents avant l’arrivée du numérique dans l’industrie ont-ils les capacités d’évoluer vers de nouvelles exigences ?

Vient ensuite la question du recrutement en lui-même, bouleversé avec de nouvelles grilles de lecture des candidats. Les entreprises du secteur industriel sont en quête de nouveaux métiers, de collaborateurs ayant une forte culture du numérique, de bonnes capacités d’adaptation et de communication ! La recrue idéale a, surtout, une appétence au changement et à la formation : pour évoluer avec un robot au quotidien, il est nécessaire de bien le comprendre !

Comment Adecco vous accompagne ?

Pour aider nos clients qui évoluent dans une industrie 4.0, nous veillons à préparer des prévisions et des projections sur les évolutions des compétences demandées : nous travaillons sur le projet, au sens large, de l’entreprise :

  • Quelles sont les technologies qui sont implantées ?
  • Quelles sont celles qui arriveront demain ?
  • Quelles sont les forces en présence ?

Il s’agit de former et de recruter judicieusement, ce qui ne concerne pas uniquement les ingénieurs qualifiés : nous portons une attention toute particulière au recrutement de managers « modernes », plus coachs et inspirants que simples « responsables de service ». Nous cherchons les meilleurs candidats, qu’ils soient encore en formation (l’alternance ne manque pas d’avantages !) ou déjà en poste. Ce sont ces talents qui permettront à l’industrie d’utiliser au maximum les capacités de la transition digitale !

Retrouvez tous nos éditos sur notre blog

L’industrie 4.0 est une belle opportunité, pour le secteur comme pour les travailleurs. À condition, bien sûr, de savoir former et recruter intelligemment. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus !

Sylvain Vartanian, Directeur de Secteur chez Modis/Euro Engineering – The Adecco Group.

[Témoignage PME] Simplifier et alléger les process de formation avec le contrat de professionnalisation intérimaire

FP environnement est une entreprise basée à St Pierre des Corps, spécialiste des travaux de désamiantage, déplombage et sablage depuis une vingtaine d’années. Nadine Fontaine, cadre dirigeante, nous fait part de son retour d’expérience sur le contrat de professionnalisation intérimaire. Contrat de 6 à 24 mois, le CPI alterne des périodes de formation, a minima à hauteur de 15%, et des périodes d’application en entreprise. Il s’adresse à la fois à des jeunes en quête d’une première expérience professionnelle ou bien aux personnes en reconversion.

[Témoignage PME] Face à la crise sanitaire : « je suis fier de notre agilité et de notre créativité »

Rafael Martin est directeur général de IDMC, PME lorraine spécialisée dans l’usinage thermoplastique et matériaux composites. Il nous raconte son expérience de la crise sanitaire et comment son entreprise s’y est adaptée en remodelant sa production.

[Témoignage PME] Se réinventer et travailler ensemble : les inspirations de 3MO Performance lors de la crise sanitaire

Basé à Laval, 3MO Performance est une startup industrielle née il y a plus de 11 à l'initiative de Stéphane Rogeon, et spécialisée dans la transmission mécanique. Julien Defoy, son responsable commercial, nous explique comment la PME a traversé la crise sanitaire du covid-19, en adaptant sa production pour fournir les hôpitaux.

Témoignages
ADD_COMMENT
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image