Ces métiers rares à garder précieusement
Les 5 métiers pénuriques que vous devez garder précieusement

Vous les avez ? Surtout gardez‑les ! Que ce soit à cause de la demande trop importante ou du manque de formation, ces 5 métiers pénuriques se font rares sur le marché du recrutement…

À lire également : 5 métiers qui vont changer avec la réalité virtuelle

Les technico-commerciaux

Les technico‑commerciaux ne connaissent pas la crise, surtout lorsqu’ils sont hyper‑spécialisés. Le commerce de gros et la grande distribution sont constamment en demande de personnel de vente, tandis que la moitié des sites de e‑commerce veulent augmenter leurs effectifs en 2017 (1).

Les effectifs sont croissants et les spécialisations acquises au cours de formations ou de longues expériences professionnelles sont précieuses… Si vous en avez, ne les laissez pas filer !

Les développeurs web

50 000 postes à pourvoir aujourd’hui, 191 000 créés d’ici 2022… Les chiffres ne mentent pas : le secteur du numérique est un important pourvoyeur d’emploi (2).

Pourtant, les profils les plus intéressants sont aussi les plus rares, en particulier s’agissant de la programmation. Vous avez sous la main quelqu’un qui maîtrise divers langages informatiques, sait gérer de nombreux protocoles et fait mieux que se débrouiller en débogage ? Gardez‑le précieusement !

Les techniciens et ingénieurs

Techniciens et ingénieurs sont toujours aussi recherchés. En particulier dans le secteur industriel, celui de l’usine 4.0, toujours plus connectée, intelligente et automatisée. Les secteurs de l’automobile et de l’aéronautique sont particulièrement concernés…

  • Dans le secteur automobile

Les ingénieurs automobiles ont de plus en plus de spécialités : conception, construction, qualité, maintenance, logistique… La liste est longue ! Vous avez dans votre équipe un professionnel qui maîtrise son sujet sur le bout des doigts, qui connaît les nouvelles technologies et s’y adapte pour que votre entreprise reste au top ? Estimez‑vous chanceux ! Les formations étant longues, pointues et rares, les professionnels compétents ne sont pas légion !

  • Dans le secteur aéronautique

Comme l’automobile, le secteur de l’aéronautique est une affaire qui roule ! La preuve ? Dans ce domaine de pointe pour lequel 11 000 recrutements ont été effectués en 2016, la tendance se poursuivra en 2017 et les années suivantes.

Parmi les métiers concernés se trouvent les techniciens et les ingénieurs spécialisés en hydraulique, en électricité, en pneumatique, en électronique… Des métiers indispensables pour maîtriser son sujet à la perfection. Seulement, les études sont longues et peu d’établissements proposent les formations adéquates. Alors forcément, les candidats sont moins nombreux que les offres d’emploi !

D’ailleurs, de plus en plus de passerelles se mettent en place pour permettre à des professionnels de l’aéronautique de se réorienter vers l’automobile… Et vice versa. Alors pensez-y avant qu’il ne soit trop tard !

Les sertisseurs et autres métiers spécifiques du luxe

Tout ce qui est rare est cher. L’adage fonctionne également concernant les métiers du luxe ! Le sertisseur, ouvrier‑bijoutier spécialisé dans l’assemblage de pièces précieuses, fait partie de ces professionnels méconnus mais très recherchés, pour lesquels les formations en écoles sont soit longues, soit inexistantes… Et les nombreux départs à la retraite n’arrangent pas les choses ! Il en est de même pour les polisseurs, les maroquiniers et bien d’autres métiers dont le luxe ne peut se passer.

Le groupement professionnel Mode Grand Ouest estime d’ailleurs que 10 000 emplois seront à pourvoir d’ici 10 ans, partout en France (3). Des emplois qui auront sans doute du mal à trouver preneur…

Les « pépites », ces professionnels aux compétences rares, sont de plus en plus recherchées sur le marché du recrutement. Alors, pour les garder, une seule solution : pensez à les fidéliser !

Vous cherchez l’un de ces profils ? Nous avons la personne qu’il vous faut !

Contactez Adecco

(1) CIDJ, Ces secteurs qui recrutent
(2) Ministère du Travail, Les besoins et l’offre de formation aux métiers du numérique
(3) Les Échos, La mode en quête de 10 000 salariés d’ici à dix ans

Crédit photo : Pixabay / Cygig

Catégorie

Décryptages
ADD_COMMENT
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image