5 étapes pour prouver à votre boss qu’il faut recruter
5 étapes pour prouver à votre boss qu’il faut recruter

Se développer avec une équipe sous-dimensionnée, c’est comme vouloir devenir champion NBA avec une team composée de 4 joueurs : vous aurez beau être grands et talentueux, en face, ils seront toujours un de plus, ce qui leur offrira des possibilités que vous n’aurez jamais ! Sauf qu’en matière de recrutement, il faut commencer par convaincre votre patron de la nécessité de rajouter des forces vives — ce qui implique, forcément, des coûts.

Comment faire ? Il faut lui parler de vos besoins, de votre situation (une équipe sous l’eau, la saisonnalité des ventes, des marchés que vous ne pouvez pas atteindre…), des événements d’équipe qui se profilent (démission, ouverture d’un nouveau site, arrêt maladie, départ à la retraite…), etc. Bref, il faut l’aider à sortir de la vision macro qui est forcément la sienne. Voici une méthode made in Adecco en 5 étapes !

1/ La preuve par le chiffre

Votre meilleur allié au moment d’aller voir votre patron ? La preuve par le chiffre ! Votre patron n’a en effet pas forcément conscience des manques qui existent dans son entreprise en termes de force de travail.
Première astuce ? Comptabilisez les heures supplémentaires effectuées par les employés, puis « convertissez-les » en équivalent temps-plein. Cela vous aidera à montrer avec précision combien de personnes manquent dans votre équipe. Hop, première prise de conscience !
Enfoncez le clou en évoquant le turnover important constaté ces dernières années, les absences à des moments cruciaux dues à un épuisement, voire les cas de burn-out rencontrés. Une équipe en nombre suffisant ne traverse pas ce genre de problèmes !

Votre boss commence à se rendre compte qu’il y a un souci ? Bravo !
Vous pouvez également évoquer les bonds d’activité ponctuels qui se profilent dans les prochains mois. Si vous en avez une, montrez-lui une étude de marché évoquant de nouvelles opportunités commerciales… qui ne resteront qu’un doux rêve si personne ne rejoint votre dream team.

2/ Des besoins évalués au plus juste

Maintenant qu’il vous offre une oreille attentive, votre patron attend une description précise de vos besoins de recrutement. Il s’agit de lui présenter :

  • Le nombre de nouveaux arrivants espérés ;
  • Les missions qui leur seront confiées ;
  • Les compétences attendues ;
  • Les retombées prévues pour l’équipe (moins de temps passé sur certaines tâches à faible valeur ajoutée, mieux-être au travail, possibilité de rattraper un éventuel retard…).

Mais d’ailleurs, êtes-vous certain de devoir recruter ? Adecco peut vous aider à évaluer votre personnel, afin de savoir qui pourrait éventuellement monter en compétence pour corriger les défauts évoqués dans le point précédent. À envisager — mais avant de rencontrer le patron, bien sûr.

3/ « Objection, votre Honneur ! »

C’est tout naturel : vous allez présenter vos besoins, votre patron va les transformer en charges. Il faut bien l’admettre : un recrutement, c’est cher ! Sur ce point encore, Adecco peut vous accompagner : pour mieux calculer de la coût d’un éventuel recrutement, Adecco peut vous fournir une comparaison de coût entre un CDD et un contrat en intérim. Préparez-vous, dans tous les cas, à faire face à des objections légitimes du point de vue de votre boss.
Il vous dit que si vous travailliez plus rapidement, vous n’auriez pas besoin de recruter ? Trouvez les arguments pour démontrer l’efficacité de votre équipe. Il estime que vos besoins sont temporaires ? Démontrez-lui que de réelles opportunités sont à anticiper dans les prochains mois. Il vous rappelle qu’il n’y a pas la place dans vos locaux pour un bureau de plus ? Réfléchissez aux alternatives possibles (télétravail, bureau partagé…).

4/ Concentrez-vous sur les bénéfices

Votre objectif ? Aider votre patron à se concentrer sur les aspects positifs d’un recrutement. Il peut ainsi s’agir :

  • d’un chiffre d’affaires plus important ;
  • de marchés qu’il pensait hors d’atteinte mais qui s’ouvriraient à vous si vous étiez deux de plus ;
  • d’une optimisation de la compétitivité et des performances de l’entreprise ;
  • de compétences nouvelles qui bénéficieraient à tout le monde, lui en premier ;
  • d’un nouvel élan pour votre business…

5/ Penser à un plan B

Votre patron est contre tout recrutement ? Il vous assure qu’il n’en a pas les moyens ? Vous devez être en mesure de lui présenter un plan B : travail avec un réseau de freelances, restructuration, réorganisation des équipes, investissement dans des machines-outils plus performantes… L’idée ? Vous approcher un maximum des bénéfices évoqués plus tôt.

Convaincre son patron de recruter n’est possible qu’en se préparant un maximum. Notre conseil ? Identifiez trois arguments choc pour ne plus le faire hésiter. Bon courage, on croit en votre force de persuasion !

Crédit photo : Pixabay / RyanMcGuire

Catégorie

Conseils pratiques
ADD_COMMENT
Confirmez que vous n'êtes pas un robot en recopiant le texte que vous voyez dans l'image