Mon espace :
Veuillez saisir une adresse email valide et un mot de passe.
Votre login / Mot de passe est incorrect.Pour retrouver votre mot de passe, veuillez indiquer l'adresse email de votre compte :
Vous avez oublié ou changé d'adresse email, cliquer ici.
Conseils emploi - Le 17 avril 2014

Les jeunes et le marché du travail

Partager :
Facebook Twiter Envoyer par Email Imprimer

Qu’ils soient diplômés ou non, les jeunes ont parfois davantage de difficultés à trouver un emploi que le reste de la population active. Depuis deux ans, le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans a augmenté, comme le souligne l’OCDE. Néanmoins, depuis avril 2010, des signes de reprise économique concrets sont visibles un peu partout dans le monde.

Taux de chômage des jeunes des pays de l’OCDE

Le taux de chômage des jeunes dans les pays de l’OCDE reste élevé. L’organisation a d’ailleurs publié les chiffres du chômage des jeunes par pays membres en avril 2010. Ainsi, la France ne présente pas le taux le plus élevé, mais les chiffres sont tout de même supérieurs à la moyenne des pays de l’OCDE.

Taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans

L’OCDE recommande aux gouvernements de prendre des mesures en faveur de l’emploi des jeunes. En France, le plan d’urgence du gouvernement doit permettre le recrutement de 500 000 jeunes d’ici à juin 2010.

Dédramatiser les chiffres du chômage des jeunes

Bien que les chiffres du chômage des jeunes soient relativement élevés, il convient d’analyser les données avec recul. Le taux de chômage des jeunes en France dépasse certes la barre des 25%, mais cela ne signifie pas que 25% des jeunes sont sans emploi. Ces chiffres concernent les jeunes actifs qui ne représentent que 33% des 16-25 ans, contre près de 90% des 26 à 49 ans. De nombreux jeunes de moins de 25 ans poursuivent en effet leurs études. L’entrée des jeunes actifs sur le marché du travail se fait de plus en plus tardivement.

Des offres d’emploi en CDI moins nombreuses

Les offres d’emploi stables comme les CDI sont moins nombreuses et les recruteurs privilégient généralement les profils séniors aux juniors pour ce type de postes. En période de crise, les entreprises ont tendance à proposer davantage d’offres d’emploi en CDD et en intérim. Ce sont ces postes auxquels les jeunes accèdent le plus facilement. Les chiffres communiqués récemment par Pôle Emploi indiquent par ailleurs une progression du nombre d’offres d’emploi en intérim dans toutes les régions françaises depuis un an.

L’intérim étant le premier indicateur de l’emploi, cette hausse laisse entrevoir une reprise progressive de l’activité en France. Ainsi, même si l’intérim n’offre pas la stabilité d’un CDI, les jeunes actifs peuvent s’en servir comme d’un tremplin.

En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l’utilisation de cookies. Pour en savoir plus sur leur utilisation, cliquez ici.